Friederike Mayröcker – Mieux vaut voyager en pensées, Hokusaï

Friederike Mayröcker, 1970  - Bild: Brigitte Friedrichsur le dos ou sous une lampe,
marcher au pied du Fuji et lever la tête
vers le sommet enneigé, les bottes lacées
humides et froides, la collerette défraîchie.
Comment faire, je demande, l’exploration des lointains
avec ses propres pieds, comment, je demande, la connaissance du lointain
avec ses propres yeux. Comment concilier le désir de lointain
avec le sédentaire. Comment, pied et œil,
larme et envie.

*

lieber in Gedanken reisen, Hokusai

auf dem Rücken, oder unter der Lampe,
laufen zu Füßen des Fuji und blicken hinauf
zu verschneiter Spitze, die Schürstiefel
feucht und kalt, die Halskrause welk.
Wie, frage ich, Erkundungen einer Ferne
mit den eigenen Füßen, wie, frage ich, Erfahrungen einer Ferne
mit den eigenen Augen. Wie Sehnsucht nach Ferne
mit Seßhaftigkeit vereinen. Wie, Fuß und Auge,
Träne und Lust.

***

Friederike Mayröcker (née en 1924 à Vienne, Autriche)Métaux voisins (Atelier de l’Agneau, 2003) – Traduit de l’allemand par Jean-René Lassalle

Publicités

~ par schabrieres sur février 3, 2017.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :