Guy Chambelland – Je ne crois pas…

Guy ChambellandJe ne crois pas j’essaie seulement d’exister
de nier la nuit basse de parier la lumière
de dérouter l’ennui cet autre moi muet
ce boulanger de ma préhistoire

Je bâtis des poèmes dont je sais au départ
qu’ils deviendront ruines à la dernière tuile
et qu’il faudra sans fin recommencer
ce long travail absurde que je croyais envol

Je reste seul mais le temps de bâtir
entrouvre sur l’éclair enfermé dans les choses
j’avance alors dans un azur de femmes
comme un bateau dans les eaux de la mort

***

Guy Chambelland (1927-1996) – L’oeil du cyclone, 1963, José Millas-Martin ; Guy Chambelland, 1971

Enregistrer

Publicités

~ par schabrieres sur février 6, 2017.

5 Réponses to “Guy Chambelland – Je ne crois pas…”

  1. Bon ben, quoi dire de plus… J’ai envie d’écrire « No comment », mais « N0 Comment » c’est déjà un « Comment », c’est dire qu’on « avance dans un azur de femmes
    comme un bateau dans les eaux de la mort ». Merci infiniment Stéphane.

    Aimé par 1 personne

  2. […] via Guy Chambelland – Je ne crois pas — BEAUTY WILL SAVE THE WORLD […]

    J'aime

  3. A reblogué ceci sur Comme un cheveu et a ajouté:
    Un poème qui me touche profondément d’un auteur que je ne connaissais pas. Il est de la région de Dijon et il est au programme d’une rencontre poétique dans cette même région, à Chenôve plus précisément, le 9 Février. J’ai lu que Jean-Claude PIrotte était aussi au programme ainsi que Pierre Autun-Grenier, entre autres. Voilà un lien pour de plus amples informations.

    http://www.bienpublic.com/grand-dijon/2011/01/28/la-poesie-a-son-temps-de-paroles

    Aimé par 1 personne

  4. C’est superbe. Bon comme souvent ici, mais alors là, particulièrement !

    Aimé par 2 people

  5. […] **… Je bâtis des poèmes dont je sais au départ qu’ils deviendront ruines à la dernière tuile et qu’il faudra sans fin recommencer ce long travail absurde que je croyais envol … Extrait de ce poème d’un poème de Guy Chamberland que l’on trouve ici ; https://schabrieres.wordpress.com/2017/02/06/guy-chambelland-je-ne-crois-pas/ […]

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

L'atelier en ligne de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises, empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

%d blogueurs aiment cette page :