Shang Qin – Temps sec

Shang QinParce que la mer éternelle fut dès l’origine : ô, tu ne peux assassiner une vague parce que tu ne peux assassiner une pleine lune, cela parce que tu es incapable d’assassiner le soleil, cela parce que tu es incapable d’assassiner ta propre ombre, et cela parce que…
Je marchais alors, dissimulé dans la nuit. Entendant mes propres paroles, je rentrai à la hâte du noir ciel étoilé. Et revenu, je vis : dans mon profond sommeil, près de l’oreiller mouillé de larmes, mon sourire, hé oui, était celui du mois de mars de l’an dernier.

***

Shang Qin (Sichuan, Chine 1930-2010)Rêve ou aube (Editions du Murmure, 2005) – Traduit du chinois par Martine Vallette-Hémery

Publicités

~ par schabrieres sur février 22, 2017.

2 Réponses to “Shang Qin – Temps sec”

  1. Fantastique ! C’est un des plus beaux et brutals poèmes sur l’onirisme jamais composé

    Aimé par 1 personne

  2. salut poète du temps bouleversé

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Reflections on the mutable universe

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :