Emily Brontë – La nuit autour de moi…

La nuit autour de moi se fait plus obscure,
Les vents sauvages soufflent, plus froids,
Mais un charme tout puissant me lie,
Et partir, partir, je ne le peux.

Les arbres géants abaissent
Leurs branches nues, pesantes de neige,
Et la tempête va grande erre,
Et cependant je ne puis partir.

Nuages au-delà, nuages au-dessus de moi,
Solitudes au-delà, solitudes plus bas,
Mais nulle désolation ne peut m’émouvoir,
Je ne veux pas, je ne peux pas partir.

*

The night is darkening round me,
The wild winds coldly blow;
But a tyrant spell has bound me,
And I cannot, cannot go.

The giant trees are bending
Their bare boughs weighed with snow;
The storm is fast descending,
And yet I cannot go.

Clouds beyond clouds above me,
Wastes beyond wastes below;
But nothing drear can move me;
I will not, cannot go.

November 1837.

***

Emily Brontë (30 juillet 1818 Thornton – 19 décembre 1848 Haworth) – Traduit de l’anglais par René Char – La planche de vivre (Poésie/Gallimard, 1995)

Enregistrer

~ par schabrieres sur mars 12, 2017.

Une Réponse to “Emily Brontë – La nuit autour de moi…”

  1. « Que nos plaisirs passés augmentent nos supplices !
    Qu’il est dur d’éprouver, après tant de délices,
    Les cruautés du Sort !
    Fallait-il être heureuse avant qu’être coupable ?
    Et si de me haïr, Amour, tu fus capable
    Pourquoi m’aimer d’abord ?

    Que ne punissais-tu mon crime par avance !
    Il est bien temps d’ôter à mes yeux ta présence,
    Quand tu luis dans mon coeur !
    Encor si j’ignorais la moitié de tes charmes !
    Mais je les ai tous vus : j’ai vu toutes les armes
    Qui te rendent vainqueur.

    J’ai vu la beauté même et les grâces dormantes.
    Un doux ressouvenir de cent choses charmantes
    Me suit dans les déserts.
    L’image de ces biens rend mes maux cent fois pires.
    Ma mémoire me dit : » Quoi! Psyché, tu respires,
    » Après ce que tu perds ? «

    Cependant il faut vivre; Amour m’a fait défense
    D’attenter sur des jours qu’il tient en sa puissance,
    Tout malheureux qu’ils sont.
    Le cruel veut, hélas ! que mes mains soient captives.
    Je n’ose me soustraire aux peines excessives
    Que mes remords me font. «

    C’est ainsi qu’en un bois Psyché contait aux arbres
    Sa douleur, dont l’excès faisait fendre les marbres
    Habitants de ces lieux.
    Rochers, qui l’écoutiez avec quelque tendresse,
    Souvenez-vous des pleurs qu’au fort de sa tristesse
    Ont versés ses beaux yeux.

    .

    Jean de La Fontaine, extrait des amours de psyché et Cupidon.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

 
PAGE PAYSAGE

Blog littéraire d'Etienne Ruhaud ISSN 2427-7193

anthonyhowelljournal

Site for art, poetry and performance.

azul griego

The blue and the dim and the dark cloths / Of night and light and the half light

Au-dessus d'un million de toits roses, Sabine Aussenac

Pour dire le monde…par Sabine Aussenac, professeur agrégée d'allemand et écrivain.

Nichole Hastings Ceramics

The Truth Will Set You Free

En toutes lettres

Arts et culture

A nos heurs retrouvés

“Elle dit aussi que s'il n'y avait ni la mer ni l'amour personne n'écrirait des livres.” Marguerite Duras

Luis Ordóñez

Realizador y guionista

Waterblogged

Dry Thoughts on Damp Books

BIBLIOTECANA

Ana Maria Tomescu

Rhapsody in Books Weblog

Books, History, and Life in General

Romenu

Over literatuur, gedichten, kunst, muziek en cultuur

Acuarela de palabras

Compartiendo lecturas...

Perles d'Orphée

Quelques larmes perlent sur l'âme d'Orphée : Musique - Poésie - Peinture - Sculpture - Philosophie

renegade7x

Natalia's space

Cahiers Lautréamont

Association des Amis Passés Présents et Futurs d'Isidore Ducasse

366 Weird Movies

Celebrating the cinematically surreal, bizarre, cult, oddball, fantastique, strange, psychedelic, and the just plain WEIRD!

LE MONDE DE SOLÈNE

Un peu de douceur dans un monde de brutes

Fernando Calvo García

Poeta con pasión

The Tragedy of Revolution

Revolution as Hubris in Modern Tragedy

Le Trébuchet

Chroniques par C. M. R. Bosqué

Book Around the Corner

The Girl With the TBR Tattoo

lyrique.roumaine

poètes roumains des deux derniers siècles

Anthony Wilson

Lifesaving Poems

Messenger's Booker (and more)

Primarily translated fiction and Australian poetry, with a dash of experimental & challenging writing thrown in

Reading in Translation

Translations Reviewed by Translators

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

L'Histoire par les femmes

L'Histoire par les femmes veut rappeler l’existence de ces nombreuses femmes qui ont fait basculer l’histoire de l’humanité, d’une manière ou d’une autre.

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Le blog des Lettres belges francophones

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

L'atelier en ligne

de Pierre Vinclair

%d blogueurs aiment cette page :