Emily Dickinson – Emportez tout, mais laissez-moi l’Extase…

Emportez tout, mais laissez-moi l’Extase.
Telle je serai plus riche que tous mes Compagnons –
Maladie m’est devenue séjour si sain
Depuis qu’à mon ultime Porte sont ceux qui possèdent le plus,
En abjecte pauvreté –

*

Take all away from me, but leave me Ecstasy,
And I am richer then than all my Fellow Men —
Ill it becometh me to dwell so wealthily
When at my very Door are those possessing more,
In abject poverty –

c.1885

***

Emily Dickinson (1830-1886)Quarante-sept poèmes (La Dogana, 1986) – Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Philippe Denis

Advertisements

~ par schabrieres sur mars 14, 2017.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :