Michaël Glück – À l’orée de la parole…

à l’orée de la parole
le poème commence
par le silence entre deux haies

nous avons été dis-tu
une lente forêt en marche
une lente forêt de signes

nous avons été
aux abois

on nous a dépouillés
nous avons survécu

nous sommes écritures

nous sommes
idéogrammes de l’hiver

un à un murmurent
nos grands corps étêtés

nul ne sait si nous ébauchons
des battements d’ailes
ou si nous implorons

arbres nous sommes
nous étions oiseaux

au fond de ma gorge
s’épuise une mésange

au fond de ma gorge
la cendre est sans mémoire
la salive sans témoin

le goût des mots
nous tient debout

***

Michaël Glück (né en 1946 à Paris)Poser la voix dans les mains (Éditions des Vanneaux, 2015)« Waldrand  » sculpture de Lysiane Schlechter

Publicités

~ par schabrieres sur mars 26, 2017.

Une Réponse to “Michaël Glück – À l’orée de la parole…”

  1. « nous sommes
    idéogrammes de l’hiver »
    Nous sommes la trace de notre marche. Debout.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

L'atelier en ligne de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises, empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

%d blogueurs aiment cette page :