Jim Morrison – Pourquoi je bois ?

Pourquoi je bois ?
Pour pouvoir écrire de la poésie.

Parfois lorsque tout est diffus
et que toute laideur s’efface
en un profond sommeil
Il y a un éveil
et tout ce qui demeure est vrai.
Tandis que le corps est ravagé
l’esprit se fortifie.

Pardonne-moi mon Père car je sais
ce que je fais.
Je veux entendre le dernier Poème
du dernier Poète.

*

Why do I drink?
So that I can write poetry.

Sometimes when it’s all spun out
and all that is ugly recedes
into a deep sleep
There is an awakening
and all that remains is true.
As the body is ravaged
the spirit grows stronger.

Forgive me Father for I know
what I do.
I want to hear the last Poem
of the last Poet.

***

Jim Morrison (Melbourne, Floride, États-Unis, 8 décembre 1943 – Paris, 3 juillet 1971)Wilderness (Christian Bourgois, 1991) – Traduit de l’anglais (E.-U.) par Patricia Devaux

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Advertisements

~ par schabrieres sur mars 28, 2017.

2 Réponses to “Jim Morrison – Pourquoi je bois ?”

  1. La traduction est assez problématique, d’abord évidemment elle ne capture pas vraiment le rythme du poème mais surtout elle en fausse le sens.
    Et pourtant c’est un poème très simple. Mais comment justifier que « body » devienne « coeur » ici ?
    « As the body is ravaged » / « Tandis que le coeur est ravagé ».

    Car justement, c’est un peu l’intérêt du texte d’être matérialiste/spirituel en même temps. Et pas vraiment sentimental.

    Aimé par 1 personne

  2. C’est un poème que j’aime énormément, ça me donne envie de me replonger dans ce recueil… Je suis d’accord avec Cha cependant, il perd beaucoup à la traduction, surtout en musicalité. Mais c’est toujours très intéressant de découvrir de tels textes en version bilingue !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
The Manchester Review

The Manchester Review

Les Exercices

poésie / traduction / critique \\ par Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

Revista Conexos

Una revista de arte y literatura, sin fronteras generacionales ni geográficas

Laurent DOMERGUE

Sculpture sur bois

Words for the Year

"you are not alone," the poem said, in the dark tunnel. ~Louise Glück

Christophe Van Rossom

Littérature. Pensée. Esthétique.

Filipe's Glance

Photography

%d blogueurs aiment cette page :