Ismail Kadaré – C’est ainsi que nous nous sommes séparés

C’est ainsi que nous nous sommes séparés,
Sans tendre les mains l’un vers l’autre,
Disparaissant telle une chose inachevée.
Une cigarette.
Une limonade.

Car tu n’es pas devenue mienne.
À moi l’étranger, tu n’as pas donné tout ton amour
À l’instar des nuages
Qui ne lâchent jamais sous les tropiques
Leur neige immaculée
Mais au Nord l’offrent un jour.

*

Keshtu u ndame

Keshtu u ndame
Duart njeri-tjetrit si zgjatem.
Ikem si dicka e pambaruar
Nje cigare.
Nje limonade.

Sepse ti nuk u bere e imja.
Ti sme dhe mua,te huajit,plotesisht dashurine.
Ashtu si rete
Qe se leshojne kurre mbi tropik
Deboren e virgjer
Por e ruajne per Verine

Moscou, 1958.

***

Ismail Kadaré (né en 1936 à Gjirokastër, Albanie)Oeuvres complètes, tome 11 (Fayard, 2002)

Publicités

~ par schabrieres sur mars 30, 2017.

Une Réponse to “Ismail Kadaré – C’est ainsi que nous nous sommes séparés”

  1. La cumulo-nimbo-résilience.
    La plus belle de toutes

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :