Lambert Schlechter – Pas encore…

pas encore, je n’ai pas encore
assez étudié le manège des saisons

pas encore, je n’ai pas encore
vraiment compris le vol des abeilles

pas encore, je n’ai pas encore
lu tous les livres d’Erri De Luca

pas encore, je n’ai pas encore
assez aimé celle que j’aime

mon éternité, c’est encore quelques instants

*

ich habe noch nicht, noch immer nicht
genügend studiert das Karussell der Jahreszeiten

ich habe noch nicht, noch immer nicht
so recht verstanden den Flug der Bienen

ich habe noch nicht, noch immer nicht
alle Bücher von Erri de Luca gelesen

ich habe noch nicht, noch immer nicht
genügend geliebt meine Geliebte

meine Ewigkeit: noch einige Augenblicke

***

Lambert Schlechter (né en 1941 à Luxembourg)Enculer la camarde (Éditions Phi, coll. graphiti, 2013)Nichts kapiert, doch alles notiert (éditions Binsfeld, 2014) – Traduction par l’auteur

Publicités

~ par schabrieres sur mars 30, 2017.

2 Réponses to “Lambert Schlechter – Pas encore…”

  1. As-tu lu celui-là que mon libraire m’a fait découvrir ?

    http://jadefm.fr/index.php/podcast/emission-lamour-des-livres-01/

    Aimé par 1 personne

  2. comme c’est étrange, cher Stéphane, ce matin j’ai lu ce poème à des élèves du lycée Montaige à Cotonou au Bénin…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

 
Ricardo Blanco's Blog

Reflections on the mutable universe

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

%d blogueurs aiment cette page :