Bei Dao – Réponse

La médiocrité est le passe-droit de l’homme médiocre
Mais la noblesse sert d’épitaphe à l’homme noble.
Regarde donc, dans ce ciel mordoré :
Le reflet torsadé de cadavres flottant.
Nous ne sommes plus dans l’Âge de glace.
Alors pourquoi tout n’est que glace, partout ?
On a découvert le Cap de Bonne Espérance,
Pourquoi mille voiles se font la course sur la Mer Morte ?
Je n’ai emmené dans ce monde
Qu’une feuille, une corde — et mon ombre,
Pour lire et faire résonner, à la barre
Du tribunal, cette voix qu’on jugeait.
Et je dis à la face du monde :
Je – ne – crois – pas – en toi !
Et même si les mille courageux qui te défièrent gisent à tes pieds,
Tu peux me compter comme le mille et unième.
Je ne crois pas que le ciel est bleu,
Je ne crois pas au bruit du tonnerre,
Je ne crois pas que les rêves sont faux,
Je ne crois pas la mort sans contrepartie.
Si c’est le destin de l’océan que de briser les digues,
Que l’eau saumâtre se déverse en mon cœur.
Si c’est le destin de la terre que de s’élever au-dessus des eaux,
Que les hommes, de nouveau, viennent vivre dans les hauteurs.
Circonstances favorables et constellations
Scintillent maintenant au ciel sans nuages.
Voilà un pictogramme de cinq mille ans.
Ce sont les yeux des hommes futurs, qui nous observent.

*

回答

卑鄙是卑鄙者的通行证,
高尚是高尚者的墓志铭。
看吧,在那镀金的天空中,
飘满了死者弯曲的倒影。
冰川纪过去了,
为什么到处都是冰凌?
好望角发现了,
为什么死海里千帆相竞?
我来到这个世界上,
只带着纸、绳索和身影,
为了在审判之前,
宣读那些被判决了的声音:
告诉你吧,世界,
我——不——相——信!
纵使你脚下有一千名挑战者,
那就把我算做第一千零一名。
我不相信天是蓝的,
我不相信雷的回声;
我不相信梦是假的,
我不相信死无报应。
如果海洋注定要决堤,
就让所有的苦水都注入我心中;
如果陆地注定要上升,
就让人类重新选择生存的峰顶。
新的转机和闪闪的星斗,
正在缀满没有遮拦的天空,
那是五千年的象形文字,
那是未来人们凝视的眼睛。
英文译文

*

The Answer

Debasement is the password of the base,
Nobility the epitaph of the noble.
See how the gilded sky is covered
With the drifting twisted shadows of the dead.

The Ice Age is over now,
Why is there ice everywhere?
The Cape of Good Hope has been discovered,
Why do a thousand sails contest the Dead Sea?

I came into this world
Bringing only paper, rope, a shadow,
To proclaim before the judgment
The voice that has been judged:

Let me tell you, world,
I—do—not—believe!
If a thousand challengers lie beneath your feet,
Count me as number thousand and one.

I don’t believe the sky is blue;
I don’t believe in thunder’s echoes;
I don’t believe that dreams are false;
I don’t believe that death has no revenge.

If the sea is destined to breach the dikes
Let all the brackish water pour into my heart;
If the land is destined to rise
Let humanity choose a peak for existence again.

A new conjunction and glimmering stars
Adorn the unobstructed sky now;
They are the pictographs from five thousand years.
They are the watchful eyes of future generations.

1976

***

Bei Dao (北岛 né le 2 août 1949 à Pékin, Chine) – Traduit du chinois par Pierre Vinclair – Translated by Bonnie S. McDougall

Découvert sur le site La Matière seconde

Publicités

~ par schabrieres sur avril 15, 2017.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

L'atelier en ligne de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises, empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

Revista Conexos

Una revista de arte y literatura, sin fronteras generacionales ni geográficas

%d blogueurs aiment cette page :