Clara Janés – Yeux

Tu m’as traquée
et avec haine tu as saisi mon revers,
tu m’as poussée dans un coin
et tu m’as frappée
jusqu’à ce que l’air même
s’imprègne de sang,
et malgré tout,
voilà que je me relève
et te regardant je te dis :
maintenant là,
en cet instant je le décide,
je ferai don de mes yeux
même si doit les porter
mon assassin.

*

Ojos

Me has acorralado
y con odio agarrado mis solapas,
me has empujado hacia un rincón
y me has golpeado
hasta dejar tinto de sangre
el aire mismo,
y así y todo,
he aquí que todavía me levanto
y mirándote te digo:
ahora mismo,
en este momento lo decido,
haré donación de mis ojos
aunque tenga que llevarlos
mi asesino.

***

Clara Janés (née en 1940 à Barcelone, Espagne)Libro de alienaciones (Ayuso, 1980) – Livre d’aliénations (Délit Editions, 2010) – Traduit de l’espagnol par Julie Delabarre et Solange Hibbs

Publicités

~ par schabrieres sur avril 17, 2017.

2 Réponses to “Clara Janés – Yeux”

  1. Ne dit-on pas que l’amour rend aveugle ?

    Aimé par 1 personne

  2. Je ne suis pas partisan de la prose, mais je dois avouer que celle-ci est très touchante ! félicitations

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :