Tristan Tzara – Chant de guerre civile

neiges encore que nous soyons trompés
amoncelez les ivresses

capitaines de brouillard
aux regards accapareurs
de buissons et de femmes
noyées dans leurs rires

dans les cachettes des cornemuses
les couches âpres des profonds événements

crépitez petits feux
aux indolences humides
des courtes seigneuries
sous le couvert des paroles

il n’y a plus qu’un bond réveillez les visionnaires
pour que la flamme franchisse le parapet des ivraies

neiges neiges couvrez-nous
vent de nuit vent de midi
pierres toujours et encore
les couteaux de la grêle
la mort court vite elle est plus légère
jeunesse que la terre de ceux que nous portons en nous

alors les bien-aimées
viennent mendier le silence
les lèvres de chair
collées aux lèvres des tombeaux

c’est moi qui ai écrit ce poème
dans la solitude de ma chambre
tandis qu’à ceux pour qui je pleure
la mort est douce ils y demeurent

*

Civil War Song

snows still we are deceived
pile up the drunkenness

captains of fog
with hoarder’s eyes
bushes and women
drowned in their laughter

hidden in the bagpipes
the bitter strata of profound events

crackle little lights
into the damp indolence
of fleeting fiefdoms
under the cover of words

nothing left but a leap wake the visionaries
to jump the flame over the breastwork of rye

snows snows cover us
night wind noon wind
stones always and again
the knives of the hail
death runs quickly youth is lighter
than the earth of those we carry in ourselves

so now the beloved
come begging the silence
the flesh of lips
stuck to the lips of the gravestones

i’m the one who has written this poem
in the solitude of my room
while in those for whom i weep
death is sweet there they abide

***

Tristan Tzara (Moinești, Roumanie, 16 avril 1896 – Paris, 25 décembre 1963)Midis Gagnés (1939) – Translated from the French by Heather Green

Enregistrer

Publicités

~ par schabrieres sur avril 29, 2017.

3 Réponses to “Tristan Tzara – Chant de guerre civile”

  1. J’espère que vous connaissez la différence entre prose et poésie. Bien qu’il existe de la poésie en prose. Cordialement.

    Aimé par 1 personne

  2. Il m’a toujours semblé qu’un poème se démarque de la prose par une construction en rime non?

    Aimé par 1 personne

  3. j’aime l’imagination de Tzara, merci

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Ricardo Blanco's Blog

Reflections on the mutable universe

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

%d blogueurs aiment cette page :