Luo Fu – La mort dans une cellule de pierre

Par hasard je lève les yeux vers le couloir d’à côté, troublé de voir
À l’aube un homme nu résister à la mort
Un noir affluent mugir dans ses veines
Troublé, je balaie du regard le mur de pierre
Sur lequel se creusent deux rigoles de sang

Mon visage se déploie comme un arbre, un arbre grandi dans le feu
Tout est calme, seules bougent les pupilles derrière les paupières
Dans une direction que beaucoup redoutent
Et moi qui suis un poirier abattu
Dans mes cernes bruissent encore le vent, les cigales

*

À ceux qui frappent à la porte, l’anneau de cuivre rappelle les gloires d’antan
Mes frères viendront boire l’ardeur qui emplit mon front
Leur faim, leur soif ressemblent à une plante d’intérieur
Entrouvrant les yeux j’entends le cliquetis métallique
Des couverts tombés des murs dans les assiettes des invités

Puis c’est un après-midi d’âpre discussion, révélant la souillure
Le langage est comme un tas de linge sale
Blessés, ils sont comme des bêtes toujours en quête d’abri
Si la silhouette de l’arbre est fendue par le soleil
Sa hauteur me confère la solennité nécessaire face au crépuscule

*

Comme la racine échappant à toute contrainte
S’efforce de soulever le tréfonds de la montagne
Comme la fraise sauvage peu soucieuse d’eugénisme
Laisse vagabonder ses rejetons dans le marécage
J’ai passé bien des matins sermonné par les serviteurs

Ô vigneron sur le coteau, , le soleil s’incline vers toi
Je tends le bras vers l’intérieur, agrippe la chevelure de la racine vivifiée
Prêt à me noyer dans ton sang
Pour la peau de tes fruits, l’écorce de tes tiges
Aussi humble que le numéro inscrit sur le dos d’un condamné à mort

***

Luo Fu (Chine, 1928)Jentayu – Hors-série n°1 – Taïwan – Traduit du chinois (Taïwan) par Marie Laureillard

Publicités

~ par schabrieres sur mai 2, 2017.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Reflections on the mutable universe

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :