Antonin Artaud – Celui qui n’est pas ne sait pas…

Celui qui n’est pas ne sait pas,
L’obéissant ne souffre pas.

C’est à celui qui est à savoir
Pourquoi l’obéissance entière
Est ce qui n’a jamais souffert

Lorsque l’Être est ce qui s’effrite
Comme la masse de la mer.

Jamais plus tu ne seras quitte,
Ils vont au but et tu t’agites,
Ton destin est le plus amer.

Les poissons de la mer sont morts
Parce qu’ils ont préféré à être
D’aller au but sans rien connaître
De ce que tu appelles obéir

Dieu seul est ce que n’obéit pas,
Tous les autres êtres ne sont pas
Encore, et ils souffrent.
Ils souffrent ni vivants ni morts.
Pourquoi ?

– Mais enfin les obéissants vivent,
On ne peut pas dire qu’ils ne sont pas.

– Ils vivent et n’existent pas.
Pourquoi ?

– Pourquoi ? Il faut faire tomber la porte
Qui sépare l’Être d’obéir !

L’Être est celui qui s’imagine
Être assez pour se dispenser
D’apprendre ce que veut la mer…

– Mais tout petit poisson le sait !

*

He who does not exist does not know
He who obeys does not suffer.

It’s up to the one who exists to know
Why to completely obey
Is never to suffer

When the Being is the one that bursts
Like the swell of the sea

You’ll never be set free
They’ll go right to the end as you toss and turn
You face the bitterest fate.

The fishes in the sea are dead
Because they chose not to be
To go right to the end without knowing anything
Of what you call obeying

God is the only one who refuses to obey
All the other beings do not yet exist
And they suffer
They suffer neither dead nor alive
Why?

« But in the end those who obey live
You can’t say that they don’t exist. »

« They live and they don’t exist.
Why? »

« Why? The door that separates the Being from obeying
Must be torn down! »

The Being is the one who imagines himself
To be sufficient to not need
To learn what the sea wants…

« But every little fish knows it! »

***

Antonin Artaud (1896-1948)

Publicités

~ par schabrieres sur mai 5, 2017.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Reflections on the mutable universe

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :