Antonin Artaud – Celui qui n’est pas ne sait pas…

Celui qui n’est pas ne sait pas,
L’obéissant ne souffre pas.

C’est à celui qui est à savoir
Pourquoi l’obéissance entière
Est ce qui n’a jamais souffert

Lorsque l’Être est ce qui s’effrite
Comme la masse de la mer.

Jamais plus tu ne seras quitte,
Ils vont au but et tu t’agites,
Ton destin est le plus amer.

Les poissons de la mer sont morts
Parce qu’ils ont préféré à être
D’aller au but sans rien connaître
De ce que tu appelles obéir

Dieu seul est ce que n’obéit pas,
Tous les autres êtres ne sont pas
Encore, et ils souffrent.
Ils souffrent ni vivants ni morts.
Pourquoi ?

– Mais enfin les obéissants vivent,
On ne peut pas dire qu’ils ne sont pas.

– Ils vivent et n’existent pas.
Pourquoi ?

– Pourquoi ? Il faut faire tomber la porte
Qui sépare l’Être d’obéir !

L’Être est celui qui s’imagine
Être assez pour se dispenser
D’apprendre ce que veut la mer…

– Mais tout petit poisson le sait !

*

He who does not exist does not know
He who obeys does not suffer.

It’s up to the one who exists to know
Why to completely obey
Is never to suffer

When the Being is the one that bursts
Like the swell of the sea

You’ll never be set free
They’ll go right to the end as you toss and turn
You face the bitterest fate.

The fishes in the sea are dead
Because they chose not to be
To go right to the end without knowing anything
Of what you call obeying

God is the only one who refuses to obey
All the other beings do not yet exist
And they suffer
They suffer neither dead nor alive
Why?

« But in the end those who obey live
You can’t say that they don’t exist. »

« They live and they don’t exist.
Why? »

« Why? The door that separates the Being from obeying
Must be torn down! »

The Being is the one who imagines himself
To be sufficient to not need
To learn what the sea wants…

« But every little fish knows it! »

***

Antonin Artaud (1896-1948)

Publicités

~ par schabrieres sur mai 5, 2017.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

L'atelier en ligne de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises, empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

%d blogueurs aiment cette page :