Charles Bukowski – Étreinte dans le noir

le tumulte est dieu
la folie est dieu

la paix vivante éternelle est
la mort vivante éternelle.

l’angoisse peut tuer
ou
l’angoisse peut soutenir la vie
mais la paix est toujours terrifiante
la paix est le pire de tout
marcher
parler
sourire,
paraître exister.

n’oubliez pas les trottoirs
les putains,
la trahison,
le ver dans le fruit,
les bars, les prisons,
les suicides des amants.

ici en Amérique
on a assassiné un président et son frère
un autre président a démissionné.

ceux qui croient en la politique
sont comme ceux qui croient en dieu :
ils aspirent le vent par des pailles
tordues.

il n’y a pas de dieu
il n’y a pas de politique
il n’y a pas de paix
il n’y a pas d’amour
il n’y a pas d’autorité
il n’y a pas de plan

tenez-vous à l’écart de dieu
restez perturbé

glissez.

*

Hug the dark

turmoil is the god
madness is the god

permanent living peace is
permanent living death.

agony can kill
or
agony can sustain life
but peace is always horrifying
peace is the worst thing
walking
talking
smiling,
seeming to be.

don’t forget the sidewalks
the whores,
betrayal,
the worm in the apple,
the bars, the jails,
the suicides of lovers.

here in America
we have assassinated a president and his brother,
another president has quit office.

people who believe in politics
are like people who believe in god:
they are sucking wind through bent
straws.

there is no god
there are no politics
there is no peace
there is no love
there is no control
there is no plan

stay away from god
remain disturbed

slide.

***

Charles Bukowski (1920-1994)Play the Piano Drunk Like a Percussion Instrument Until the Fingers Begin to Bleed a Bit (Black Sparrow Books, 1979) – Jouer du piano ivre comme d’un instrument à percussion jusqu’à ce que les doigts saignent un peu (Grasset, 1992) – Traduit de l’américain par Michel Lederer

Publicités

~ par schabrieres sur mai 5, 2017.

3 Réponses to “Charles Bukowski – Étreinte dans le noir”

  1. A reblogué ceci sur Greek Canadian Literature.

    J'aime

  2. A reblogué ceci sur Boycottet a ajouté:
    il n’y a pas de dieu
    il n’y a pas de politique
    il n’y a pas de paix
    il n’y a pas d’amour
    il n’y a pas d’autorité
    il n’y a pas de plan

    tenez-vous à l’écart de dieu

    J'aime

  3. Avec tes yeux comme une sonnerie bloquée Antonin
    Comme un printemps foutu
    Avec tes mains
    Tes mains sur les barreaux de l’asile Antonin
    Tes mains sur les fils électriques
    Sur l’espagnolette sur la poésie partout
    Antonin partout
    Tes mains sur ton front pressées
    Sur tous les corps de jeunes filles
    Sur la campagne de Rodez
    Antonin la campagne
    Tu pêcherais dans la rivière
    Avec une arbalète Antonin
    Avec toutes les femmes
    À même
    À même la poésie Antonin
    Et pas de camisole
    Pas de frontières
    Pas de répit surtout

    ***

    René Guy Cadou (1920-1951) Trouvé sur ce blog, Antonin c’est Artaud.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

L'atelier en ligne de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises, empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

%d blogueurs aiment cette page :