Paul Verlaine – Souvenir de Manchester

Je n’ai vu Manchester que d’un coin de Salford
Donc très mal et très peu, quel que fût mon effort
À travers le brouillard et les courses pénibles
Au possible, en dépit d’hansoms inaccessibles
Presque, grâce à ma jambe male et mes pieds bots,
N’importe, j’ai gardé des souvenirs plus beaux
De cette ville que l’on dit industrielle, –
Encore que de telle ô qu’intellectuelle
Place où ma vanité devait se pavaner
Soi-disant mieux, – et dussiez-vous vous étonner
Des semblantes naïvetés de cette épître,
Ô vous ! quand je parlais du haut de mon pupitre
Dans cette salle où l’ « élite » de Manchester
Applaudissait en Verlaine l’auteur d’Esther,
Et que je proclamais, insoucieux du pire
Ou du meilleur, mon culte énorme pour Shakespeare.

30 janvier 1894.

*

Recollection of Manchester

A glimpse of Salford, just a corner, was
All that I saw of Manchester, because,
Thanks to the fog and to my clubfoot gait—
And hansom cabs that circumambulate
Everywhere else, it seems! my efforts were
Sincere but vain; and so no connoisseur
Of Manchester am I. And yet, no matter:
Priggishly though the rest of you might natter,
Decry its factories, its industries,
Telling me how much more some towns would please
My intellectual’s vanities! still, sweet
The memories of that Manchester “elite,”
There, in that hall—naïve, no doubt, as when
They praised Racine, taking him for Verlaine!—
As I proclaimed, for better or for worse,
My utter reverence for Shakespeare’s verse.

30 January 1894.

***

Paul Verlaine (1844-1896)Dédicaces (1894) – Translated by Norman R. Shapiro

Enregistrer

Publicités

~ par schabrieres sur mai 24, 2017.

Une Réponse to “Paul Verlaine – Souvenir de Manchester”

  1. Bravo et Merci pour cet Hommage
    La Poésie contre la barbarerie
    La Beauté sauvera-t-elle le monde ?
    En tout cas elle le rend plus humain et plus joyeux
    ici et maintenant
    Merci pour tous tes partages « collègue » Passeur 🙂

    Aimé par 2 personnes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :