Tahar Bekri – Si la musique doit mourir…

Si la musique doit mourir
Si l’amour est l’œuvre de Satan
Si ton corps est ta prison
Si le fouet est ce que tu sais donner
Si ton cœur est ta barbe
Si ta vérité est un voile
Si ton refrain est une balle
Si ton chant est oraison funèbre
Si ton faucon est un corbeau
Si ton regard est frère de la poussière

Comment peux-tu aimer le soleil dans ta tanière ?

*

If music were to die
If love is the work of Satan
If your body is your prison
If the whip is what you know how to wield
If your heart is your beard
If your truth is a veil
If your refrain is a bullet
If your song is a funeral prayer
If your falcon is a crow
If your look is brother to dust

How can you love the sun in your lair?

***

Tahar Bekri (1951, Gabès, Tunisie)Si la musique doit mourir (Éditions Al Manar, 2006) – Traduit du français en anglais par Patrick Williamson

Publicités

~ par schabrieres sur mai 27, 2017.

2 Réponses to “Tahar Bekri – Si la musique doit mourir…”

  1. Magnifique de simplicité. Merci pour le partage que je partage à mon tour, avec ta permission 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Reflections on the mutable universe

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :