Ahmad Qilich – Un rouge pour des lèvres vertes…

Un rouge pour des lèvres vertes :

Dans cette guerre maudite
Les enfants suspendent leurs balançoires aux canons des chars

Et le soldat offre à sa bien aimée un collier serti de balles

Dans cette guerre
Il y a aussi,
Un étudiant qui part à l’université dans un car de militaires

Ils sont tous si fort armés, si fort haineux
Sauf moi
Car mon arme est orpheline

Mon arme est ton rouge à lèvres
Avec lui
Je dessine les cartes
Je départage les pays.

***

Ahmad Qilich (né à Damas en 1986) – Traduction : Ghada Laghzaoui – Relecture : Xavier Frandon

Enregistrer

Publicités

~ par schabrieres sur mai 31, 2017.

3 Réponses to “Ahmad Qilich – Un rouge pour des lèvres vertes…”

  1. C’est une superbe poésie. Bravo encore une fois de l’avoir trouvée. J’ai l’impression que tu vas actuellement particulièrement chercher du côté des pays arabes en guerre ta nourriture spirituelle. La poésie elle semble se nourrir du chaos.

    La poésie aux lèvres rouges : la potion magique pour guérir, peut-être, l’angoisse électrique de l’inconnu qui écrivit une certaine heure de fièvre sur les murs de Mai 1968 : « Y a t-il une vie avant la mort ? »

    Aimé par 1 personne

  2. A reblogué ceci sur Boycottet a ajouté:
    « errare humanum est, perseverare diabolicum »

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Reflections on the mutable universe

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :