James Joyce – Un souvenir des acteurs dans un miroir à minuit

Ils font semblant de parler la langue de l’amour. Grincement
Des treize dents,
Sourire de mâchoires maigres. Fouette
Ta démangeaison et ta reculade, gloutonnerie nue de la chair.
Le souffle de l’amour en toi est éventé, parlé ou chanté,
Aussi aigre que l’haleine d’un chat,
Râpeux que sa langue.

Ce gris qui regarde
Ne ment pas, peau morne et os.
Laisse aux lèvres grasses leurs baisers. Personne
Ne la choisira pour poser la bouche sur ce que tu vois.
La faim extrême tient son heure.
Arrache ton cœur, sang salé, fruit de larmes.
Arrache et dévore !

*

A memory of the players in a mirror at midnight

They mouth love’s language. Gnash
The thirteen teeth
Your lean jaws grin with. Lash
Your itch and quailing, nude greed of the flesh.
Love’s breath in you is stale, worded or sung,
As sour as cat’s breath,
Harsh of tongue.

This grey that stares
Lies not, stark skin and bone.
Leave greasy lips their kissing. None
Will choose her what you see to mouth upon.
Dire hunger holds his hour.
Pluck forth your heart, saltblood, a fruit of tears:
Pluck and devour!

***

James Joyce (Dublin, Irlande 1882-1941)Pomes Penyeach (Shakespeare and Company, 1927) – Traduit de l’anglais par Guy Laffaille

Enregistrer

Publicités

~ par schabrieres sur juin 5, 2017.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

L'atelier en ligne de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises, empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

%d blogueurs aiment cette page :