Xu Lizhi – Le voyage de ma vie est encore loin d’être terminé

C’est quelque chose d’inattendu
Le voyage de ma vie
Est loin d’être fini
Mais il va s’interrompre à mi-chemin
Ce n’est pas comme si une telle détresse
N’avait pas existé avant
Simplement elle n’arrivait pas
Aussi soudainement
Aussi férocement
Les luttes se suivent
Mais tout est vain
Je veux me soulever plus que n’importe qui
Mais mes jambes ne répondent pas
Mon estomac ne répond pas
Je ne peux que rester allongé
Dans le noir, à envoyer
Un signal de détresse muet, encore et encore
Auquel me répond, encore et encore
L’écho du désespoir.

*

My Life’s Journey is Still Far from Complete

This is something no one expected
My life’s journey
Is far from over
But now it’s stalled at the halfway mark
It’s not as if similar difficulties
Didn’t exist before
But they didn’t come
As suddenly
As ferociously
Repeatedly struggle
But all is futile
I want to stand up more than anyone else
But my legs won’t cooperate
My stomach won’t cooperate
All the bones of my body won’t cooperate
I can only lie flat
In this darkness, sending out
A silent distress signal, again and again
Only to hear, again and again
The echo of desperation.

13 July 2014

***

Xu Lizhi (1990-2014)La machine est ton seigneur et ton maître (Agone, 2015) – Traduit du chinois par Alain Léger

Publicités

~ par schabrieres sur juin 14, 2017.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

Les Exercices

poésie / traduction / critique \\ par Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises ou empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

Revista Conexos

Una revista de arte y literatura, sin fronteras generacionales ni geográficas

Laurent DOMERGUE

Sculpture sur bois

Words for the Year

"you are not alone," the poem said, in the dark tunnel. ~Louise Glück

%d blogueurs aiment cette page :