Viktor Krivouline – Les poèmes après les poèmes

Les poèmes après les poèmes semblables à des poèmes
et non semblables à des poèmes
ils dégagent un parfum de cuir étrillé
de métal chauffé : alors peut-être

ne pas écrire du tout ? ennui mortel !
on écrira sur ta tombe : « passant,
arrête-toi près de cette pierre
elle est pourrissante et au mot « Mon Dieu »

il n’est point de rime riche ni de main habile
ni de bouche ouverte – alors clos les paupières ».
Au loin grondent tchétchènes et aztèques

mais ici tout est blanc et paisible comme dans une pharmacie
parfois une ampoule tinte contre le comptoir
ou bien c’est une pièce qui roule

sur la faïence : où va-t-elle ? elle s’est couchée côté face
dans le coin où la gloire où le tonnerre des victoires
gronde dans le poème à bon escient ou pas.

*

The Poems After Poems

The poems after poems, they look like poems
and not like poems
there is a smell of threadbare skin from them
of heated metal – well, so what,

not write anymore? You’ll die of boredom!
They will put a stone with the inscription: “Passer-by,
stop at this grave,
it is all rotten, and for the appeal “O Lord”

there is no strong rhyme, neither skillful hand,
neither opened mouth – so at least close the eyes”.
In the distance, Chechens and Aztecs rumble

and here it is white and quiet as in a chemistry —
one moment vials tinkle on the counter,
another, a coin slips and rolls

across the tiles – but where to?! It landed on head
in the corner where the glory where the victorious thunder
rattle in verses in season and out of season

***

Viktor Krivouline (1944-2001)Poèmes après les poèmes (Les Hauts-Fonds, 2017) – Traduit du russe par Hélène Henry – Translated from Russian by Tatiana Bonch-Osmolovskaya

Publicités

~ par schabrieres sur juin 17, 2017.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

Un atelier en ligne, par Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises ou empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

Revista Conexos

Una revista de arte y literatura, sin fronteras generacionales ni geográficas

Laurent DOMERGUE

Sculpture sur bois

Words for the Year

"you are not alone," the poem said, in the dark tunnel. ~Louise Glück

%d blogueurs aiment cette page :