Ahmad Shâmlou – Dans cette impasse

On renifle ta bouche
Pour savoir si tu as dit « je t’aime »
On renifle ton cœur
Drôle de temps, ami-e
Et à côté du garde-fou
On fouette
L’amour
Il faut cacher l’amour dans l’arrière-chambre de la maison
Dans cette impasse tortueuse du froid
Pour alimenter le feu
On brûle des chants et poésies
Ne te risque pas à penser
Drôle de temps, ami-e
Celui qui au crépuscule cogne à la porte
Est venu pour assassiner la lampe
Il faut cacher la lumière dans l’arrière-chambre de la maison
Voici que les bouchers
Se postent aux carrefours
Billots et haches ensanglantés à la main
Drôle de temps, ami-e
Et on mutile le sourire sur les lèvres
Et la chanson dans la gorge
Il faut cacher l’enthousiasme dans l’arrière-chambre de la maison
On fait griller les canaris
Sur un feu de lys et de jasmin
Drôle de temps, ami-e
Le diable ivre de victoire
Fait ripaille à notre banquet de deuil
Il faut cacher Dieu dans l’arrière-chambre de la maison

Juillet 1979

*

In This Dead-End Road

They sniff your breath
lest you have said: I love you.

They sniff your heart–
(such strange times, my sweet)
and they flog love
at every checkpoint.

We must hide love in the backroom.

In the cold of this dead-end crooked road
they stoke their pyres
with our poems and songs.

Don’t risk thinking,
for these are strange times, my sweet.

The man who beats at the door
in the nadir of night,
has come to kill the lamp.

We must hide light in the backroom.

Those are butchers in passageways
with their chopping blocks
and bloodies cleavers.
(Such strange times, my sweet)
They hack off smiles from faces
and songs from mouths.

We must hide pleasure in the back room.

Canaries are barbequed
on flames of lilies and jasmines…
(such strange times, my sweet)
and the devil, drunk on victory,
feasts at the table set for our wake.
We must hide God in the back room.

***

Ahmad Shâmlou (Téhéran, Iran 1925-2000)Iran Poésie & autres rubriques (Maspero, 1980) – Traduit par Marie Ladier-Fouladi, à partir de celle de Chahrâchoub Amirchâhi et Alain Lance – The Forbidden: Poems from Iran and its Exiles, (Michigan State University Press, 2012) – Translated by Sholeh Wolpé

Publicités

~ par schabrieres sur juin 18, 2017.

2 Réponses to “Ahmad Shâmlou – Dans cette impasse”

  1. Les iraniens sont des poètes nés. Ici, pas un mot qui ne soit inutile.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

Les Exercices

poésie / traduction / critique \\ par Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises ou empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

Revista Conexos

Una revista de arte y literatura, sin fronteras generacionales ni geográficas

Laurent DOMERGUE

Sculpture sur bois

Words for the Year

"you are not alone," the poem said, in the dark tunnel. ~Louise Glück

%d blogueurs aiment cette page :