John Berger – Les pommiers aboient

Les pommiers aboient
les piqûres d’abeille sur mon crâne
marquent la fureur de l’essaim
retiens, mon cœur, ta douceur.

Le ciel enfonce ses pouces
dans mes yeux
ses constellations s’enfuient
retiens, mon cœur, ta douceur.

La pluie incessante
qui veut changer en sable les montagnes
me prépare pour le lit
retiens, mon cœur, ta douceur.

*

The apple trees are barking

The apple trees are barking
the beestings on my scalp
mark the rage of the swarm
hold, my honey, your sweetness.

The sky is pressing its thumbs
into my eyes
his constellations are fleeing
hold, my honey, your sweetness.

The endless rain
desiring the mountains as sand
is preparing me for bed
hold, my honey, your sweetness.

***

John Berger (Londres 1926-2017)And our faces, my heart, brief as photos (Vintage, 1984) – La louche et autres poèmes (Le Temps des Cerises, 2012) – Traduit de l’anglais par Carlos Laforêt

 

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

~ par schabrieres sur juin 22, 2017.

2 Réponses to “John Berger – Les pommiers aboient”

  1. merci Stéphane de cet hommage à John Berger qui nous a quittés le 2 janvier

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

L'atelier en ligne de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises, empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

Revista Conexos

Una revista de arte y literatura, sin fronteras generacionales ni geográficas

%d blogueurs aiment cette page :