Raúl Rivero – Mauvais rêves

Je suis un fauteur de tachycardie.
Quelqu’un qui ne veut pas partir
quelqu’un qui ne veut pas rester.

Quelqu’un que l’on reçoit avec joie le premier soir
avec réticence le deuxième
et qu’on expulse le troisième.

Je suis un personnage triste qui pleure sur le papier
ou sur une épaule de passage.

Je suis un désastre comme mon passé
un mauvais rêve comme mon avenir
et une catastrophe comme mon présent.

Comme vous voyez, je suis un poète
qui cristallise en lui la débâcle de son époque
celle de son pays et celle de sa vie.

Alors pardonnez-moi
si mes rêves sont pleins de traques policières
et d’amis emprisonnés.

Pardonnez les cauchemars où je fuis
en volant avec la légèreté d’une centrale sucrière
déguisé en épouvantail à moineaux et en enfant
en spadassin et en cathédrale.

Admirez que pour assumer le monde où je vis
j’empoigne seulement cette plume.

*

Malos sueños

Soy un productor de taquicardia.
Alguien que no quiere irse
ni se quiere quedar.

Alguien que es recibido con alegría en la primera noche
con reserva en la segunda
y es expulsado en la tercera.

Soy un tipo triste que llora sobre las cuartillas
o sobre un hombro pasajero.

Soy un desastre como mi pasado
un mal sueño como mi porvenir
y una catástrofe como mi presente.

Soy un poeta, como e ve, múltiple intenso
en el centro de la debacle de su época
de su país y de sus circunstancias.

Perdonadme entonces que sueñe con cercos
policiales y amigos encarcelados.

Perdonadme las pesadillas donde huyo
volando como un ingenio azucarero
disfrazado de espantapájaros y de niño
de espadachín y de catedral.

Admirad que para asumir mi mundo de hoy
empuñe nada más que esta pluma.

***

Raúl Rivero (Morón, Cuba 1945) – Firmado en la Habana (1996) – Signé à La Havane (Éditions La Découverte, 1998) – Traduit de l’espagnol (Cuba) par Fanchita et François Maspero

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

~ par schabrieres sur juin 23, 2017.

2 Réponses to “Raúl Rivero – Mauvais rêves”

  1. J’admire !

    Aimé par 1 personne

  2. Glaçant et si plein de dignité

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :