Yànnis Stiggas – Le temps, tel qu’on nous l’a donné mutilé…

Le temps, tel qu’on nous l’a donné mutilé,
je n’ose dire ce qu’il justifie.
Je ne fais que mordre, cracher de la lumière sanglante
chaque matin je lance des mandarines à la mort
– c’est une fatigue singulière –
le soir je reste simplement à la fenêtre

Un ange arrive
et mange dans les ordures.

*

Ο χρόνος, έτσι όπως μας δόθηκε σακάτης,
δεν τολμώ να πω τι δικαιώνει.
Μόνο δαγκώνω, φτύνω φως ματωμένο
κάθε πρωί πετάω μανταρίνια στο θάνατο
– είναι μια κούραση αλλιώτικη –
το βράδυ απλά στέκομαι στο παράθυρο

Ένας άγγελος έρχεται
και τρώει απ’ τα σκουπίδια

***

Yànnis Stiggas (Γιάννης Στίγκας né à Athènes, Grèce en 1977)Η αλητεία του αίματος (2004) – Vagabondages de sang (Éditions des Vanneaux, 2012) – Traduit du grec par Michel Volkovitch

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

~ par schabrieres sur juillet 30, 2017.

2 Réponses to “Yànnis Stiggas – Le temps, tel qu’on nous l’a donné mutilé…”

  1. Je crois que la trad par Volkovitch est de toute beauté (comme celles de Jacques Ancet)

    Aimé par 1 personne

    • En effet, chère Emmanuelle, la traduction de ce recueil de Yànnis Stiggas par Michel Volkovitch est magnifique. Je vous le conseille, ainsi que sa traduction des poèmes de Nìkos Karoùzos.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :