Yànnis Stiggas – Le temps, tel qu’on nous l’a donné mutilé…

Le temps, tel qu’on nous l’a donné mutilé,
je n’ose dire ce qu’il justifie.
Je ne fais que mordre, cracher de la lumière sanglante
chaque matin je lance des mandarines à la mort
– c’est une fatigue singulière –
le soir je reste simplement à la fenêtre

Un ange arrive
et mange dans les ordures.

*

Ο χρόνος, έτσι όπως μας δόθηκε σακάτης,
δεν τολμώ να πω τι δικαιώνει.
Μόνο δαγκώνω, φτύνω φως ματωμένο
κάθε πρωί πετάω μανταρίνια στο θάνατο
– είναι μια κούραση αλλιώτικη –
το βράδυ απλά στέκομαι στο παράθυρο

Ένας άγγελος έρχεται
και τρώει απ’ τα σκουπίδια

***

Yànnis Stiggas (Γιάννης Στίγκας né à Athènes, Grèce en 1977)Η αλητεία του αίματος (2004) – Vagabondages de sang (Éditions des Vanneaux, 2012) – Traduit du grec par Michel Volkovitch

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

~ par schabrieres sur juillet 30, 2017.

2 Réponses to “Yànnis Stiggas – Le temps, tel qu’on nous l’a donné mutilé…”

  1. Je crois que la trad par Volkovitch est de toute beauté (comme celles de Jacques Ancet)

    Aimé par 1 personne

    • En effet, chère Emmanuelle, la traduction de ce recueil de Yànnis Stiggas par Michel Volkovitch est magnifique. Je vous le conseille, ainsi que sa traduction des poèmes de Nìkos Karoùzos.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

L'atelier en ligne de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises, empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

Revista Conexos

Una revista de arte y literatura, sin fronteras generacionales ni geográficas

%d blogueurs aiment cette page :