Paul Celan – Grande voûte incandescente…

GRANDE VOÛTE INCANDESCENTE
avec
l’essaim d’astres noirs qui s’affouille
une voie de sortie, de départ :

au front caillou d’un bélier
je marque au feu cette image, entre
les cornes, dedans,
dans le chant des circonvolutions, enfle la
moelle des
mers de cœur figées.

Contre
quoi
ne fonce-t-il pas ?

Le monde est parti, il faut que je te porte.

*

GROSSE, GLÜHENDE WÖLBUNG
mit dem sich
hinaus- und hinweg-
wühlenden Schwarzgestirn-Schwarm:

der verkieselten Stirn eines Widders
brenn ich dies Bild ein, zwischen
die Hörner, darin,
im Gesang der Windungen, das
Mark der geronnenen
Herzmeere schwillt.

Wo-
gegen
rennt er nicht an?

Die Welt is fort, ich muß dich tragen.

*

GREAT, GLOWING VAULT
with the
outward- and away-
burrowing black-constellation swarm:

into the silicified forehead of a ram
I burn this image, between
the horns, therein,
in the singing of the coils, the
marrow of the curdled
heartseas swells.

What
doesn’t he
butt against?

The world is gone, I have to carry you.

***

Paul Celan (Cernăuți, Roumanie, 23 novembre 1920 – Paris, 20 avril 1970)Atemwende (Suhrkamp, 1967) – Renverse du souffle (Points, 2006) – Traduit de l’allemand par Jean-Pierre Lefebvre – Breathturn into Timestead: The Collected Later Poetry (Farrar, Straus and Giroux, 2014) – Translated by Pierre Joris.

Publicités

~ par schabrieres sur juillet 31, 2017.

2 Réponses to “Paul Celan – Grande voûte incandescente…”

  1. UN POEME DU GRAND CELAN DONT ON RESSORT PERTURBE, LAS

    Aimé par 1 personne

    • « C’est vraiment ce que j’ai écrit de plus dense jusqu’ici, de plus ample aussi. A certains tournants du texte, j’ai ressenti, je l’avoue, de la fierté. »
      Paul Celan à Gisèle de Lestrange, à propos de Renverse du souffle, mars 1967.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :