Jack Kerouac – J’exige que la race humaine…

J’exige que la race humaine
cesse de multiplier son espèce
et tire sa révérence
je le conseille

Et comme punition et récompense
de cet appel que je lance je sais
que je renaîtrai
le dernier humain
Tous les autres seront morts et moi je serai
une vieille femme sillonnant la terre
grognant dans des cavernes
dormant sur des nattes

Et parfois je caquetterai, parfois
prierai, parfois pleurerai, mangerai & mitonnerai
sur mon petit four
dans le coin
« Bah je l’ai toujours su »,
dirai-je
Et un matin ne me lèverai pas de ma natte

*

I demand that the human race
ceases multiplying its kind
and bow out
I advice it

And as punishnment & reward
for making this plea I know
I’ll be reborn
the last human
Everybody else dead and I’m
an old woman roaming the earth
groaning in caves
sleeping on mats

And sometimes I’ll cackle, sometimes
pray, sometimes cry, eat & cook
at my little stove
in the corner
« Always knew it anyway, »
I’ll say
And one morning won’t get up from my mat

1962

***

Jack Kerouac (1922-1969)Scattered Poems (City Lights, 1971) – Poèmes (Seghers, Poésie d’abord, 2002) – Traduit par Philippe Mikriammos

Publicités

~ par schabrieres sur août 3, 2017.

Une Réponse to “Jack Kerouac – J’exige que la race humaine…”

  1. Pas le plus philanthrope Jack, quand il n’est pas en voyage

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :