Anne Perrier – Mon frère entre la sauge et l’ombre…

Mon frère entre la sauge et l’ombre
Repose
Que le jour sur le jour
Croise ses liserons
Tu vois
La mort sent l’herbe la rosée
Ton cœur s’est rempli de grillons
Repose
Mon frère entre la menthe et l’ombre
Pour toi
Le temps sèche dans un herbier

Moi au bord de la terre
Je guette encore
Le prochain départ des oiseaux

***

Anne Perrier (Lausanne, Suisse, 16 juin 1922 – Saxon, Valais, Suisse, 16 janvier 2017)Lettres perdues (Payot, 1971)

Publicités

~ par schabrieres sur août 9, 2017.

10 Réponses to “Anne Perrier – Mon frère entre la sauge et l’ombre…”

  1. Décidément j’adore les découvertes que je fais sur ce blog, merci du travail!

    Aimé par 2 personnes

  2. Elle raconte l’histoire du recueil dont etre extrait ce poème et le lit ici à 21 mn environ ;

    http://www.plansfixes.ch/films/anne-perrier/

    Aimé par 1 personne

  3. En fait l’histoire de ce recueil est évoqué dès la dix-neuvième minutes. Il a été écrit à la suite de la mort par suicide de Christovam Pavia un poete portugais avec qui elle entretenait une correspondance depuis deux ans et demi. Il est mort à la manière d’Attila Joseph, en se jetant sous un train. J’ai trouvé sur un site dont je n’ai plus les références cet autre poème ;

    Comment as-tu pu croire
    Que le monde se passerait de toi
    Hissez tout en haut du mât
    Ma peine comme un étendard
    Pour ceux qui se noient

    Anne Perrier
    Lettres perdues (1968-1970)

    à Christovam Pavia
    au poète et à l’ami
    mort à Lisbonne le 13 octobre 1968

    Aimé par 2 personnes

    • Ce livre est dédié à l’ami, au frère de cristal, au compagnon d’éternité ; à celui qui eut tant à souffrir en ce monde qu’il perdit pied un jour d’octobre 1968. Comme Job au fond de ses désolations, il était nourri par Dieu et par les anges, et en lui résonnait déjà le chant d’Isaïe : « Yahvé sera ta lumière / Et ton Dieu sera ta beauté. » Anne Perrier

      Aimé par 1 personne

  4. Me permettez-vous de rebloguer?

    Aimé par 1 personne

  5. A reblogué ceci sur Bonheur des yeux et du palaiset a ajouté:
    Parfums de sauge et de menthe entre ombre et lumière

    J'aime

  6. Merci cher poète, c’est fait.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Reflections on the mutable universe

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :