Cristovam Pavia – Ne pas fuir…

Ne pas fuir. Soutenir le poids de l’heure
Sans des mots qui soient à moi et sans rêves
Faciles et sans autres mensonges.
Dans une autre sorte de mort plus terrible
Être entièrement dépouillé de moi, être
Abandonné aux pieds comme une robe.
Sans se presser traverser l’asphyxie.
Ne pas fléchir. Soutenir le poids de l’heure
Jusqu’à détacher sa chanson intacte.

*

Não fugir. Suster o peso da hora
Sem palavras minhas e sem os sonhos,
Fáceis, e sem as otras falsidades.
Numa espécie de morte mais terrivel
Ser de mim todo despojado, ser
Abandonado aos pés como um vestido.
Sem pressa atravessar a asfixia.
Não vergar. Suster o peso da hora
Até soltar sua canção intacta.

***

Cristovam Pavia (Lisbonne, Portugal, 7 octobre 1933 – Lisbonne, 13 octobre 1968)35 Poemas (1959) – Traduit du portugais par Anne Perrier

Publicités

~ par schabrieres sur août 14, 2017.

Une Réponse to “Cristovam Pavia – Ne pas fuir…”

  1. Indispensable Stéphane tout comme l’est la poésie ! Merci, je cherchais justement un texte de ce poète et tu le publies…

    Soutenir le poids de l’heure
    jusqu’à détacher sa chanson intacte.

    Superbe. « Ce qu’il faut de malheur pour la moindre chanson » Aragon

    Aimé par 2 people

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

L'atelier en ligne de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises, empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

%d blogueurs aiment cette page :