Sam Shepard – Si tu étais encore là

Si tu étais encore là
Je te tiendrais
Te secouerais les genoux
Te soufflerais de l’air chaud dans les deux oreilles

Toi qui pouvais écrire comme une Panthère
Qu’est-ce qui t’est rentré dans les veines
Quelle sorte de sang vert
T’a fait dériver à ta perte

Si tu étais encore là
Je t’écorcherais ta peur
La laisserais pendre sur toi
En longues bandes
Lambeaux d’angoisse

Je te tournerais
Face au vent
Te plierais le dos sur mes genoux
Te mordrais la nuque
Jusqu’à ce que tu ouvres ta bouche à cette vie

*

If you were still around
I’d hold you
Shake you by the knees
Blow hot air in both ears

You, who could write like a Panther Cat
Whatever got into your veins
What kind of green blood
Swam you to your doom

If you were still around
I’d tear into your fear
Leave it hanging off you
In long streamers
Shreds of dread

I’d turn you
Facing the wind
Bend your spine on my knee
Chew the back of your head
Til you opened your mouth to this life

1/31/80 Homestead Valley, Ca.

***

Sam Shepard (Fort Sheridan, Illinois, États-Unis, 5 novembre 1943 – Midway, Kentucky, 27 juillet 2017)Motel Chronicles (10-18, 1987) – Traduit de l’américain par Pierre Joris

Publicités

~ par schabrieres sur août 14, 2017.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :