Sam Shepard – Si tu étais encore là

Si tu étais encore là
Je te tiendrais
Te secouerais les genoux
Te soufflerais de l’air chaud dans les deux oreilles

Toi qui pouvais écrire comme une Panthère
Qu’est-ce qui t’est rentré dans les veines
Quelle sorte de sang vert
T’a fait dériver à ta perte

Si tu étais encore là
Je t’écorcherais ta peur
La laisserais pendre sur toi
En longues bandes
Lambeaux d’angoisse

Je te tournerais
Face au vent
Te plierais le dos sur mes genoux
Te mordrais la nuque
Jusqu’à ce que tu ouvres ta bouche à cette vie

*

If you were still around
I’d hold you
Shake you by the knees
Blow hot air in both ears

You, who could write like a Panther Cat
Whatever got into your veins
What kind of green blood
Swam you to your doom

If you were still around
I’d tear into your fear
Leave it hanging off you
In long streamers
Shreds of dread

I’d turn you
Facing the wind
Bend your spine on my knee
Chew the back of your head
Til you opened your mouth to this life

1/31/80 Homestead Valley, Ca.

***

Sam Shepard (Fort Sheridan, Illinois, États-Unis, 5 novembre 1943 – Midway, Kentucky, 27 juillet 2017)Motel Chronicles (10-18, 1987) – Traduit de l’américain par Pierre Joris

Publicités

~ par schabrieres sur août 14, 2017.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

L'atelier en ligne de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises ou empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

Revista Conexos

Una revista de arte y literatura, sin fronteras generacionales ni geográficas

Laurent DOMERGUE

Sculpture sur bois

%d blogueurs aiment cette page :