Jim Harrison – Les gens d’intérieur craignent l’extérieur…

Les gens d’intérieur craignent l’extérieur : et vice, et versa.
Je ne suis pourtant jamais dedans ou dehors qu’à moitié,
mieux à l’aise et chez moi dans cette angoisse-là,
sachant tomber plus bénéfique à ma nature.
Fort efficace à la renverse, ou resserré pour tanguer
sous le vent, et imiter la mer dans le parfait équilibre des tourments.

*

Inside people fear the outside; outside, the in.
But then I’m always halfway in or out the door,
most comfortable and at home in this fear,
knowing that falling is best for my nature.
Backward works well, or gathered for the leeward
pitch, imitate the sea in perfect balance in her torment.

***

Jim Harrison (Grayling, Michigan, 11 décembre 1937 – Patagonia, Arizona, 26 mars 2016)After Ikkyu and Other Poems (Shambhala, 1996) L’éclipse de lune de Davenport et autres poèmes (La Table Ronde, 2016) – Traduit de l’américain par Jean-Luc Piningre.

Publicités

~ par schabrieres sur août 16, 2017.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Reflections on the mutable universe

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :