Jim Harrison – Les gens d’intérieur craignent l’extérieur…

Les gens d’intérieur craignent l’extérieur : et vice, et versa.
Je ne suis pourtant jamais dedans ou dehors qu’à moitié,
mieux à l’aise et chez moi dans cette angoisse-là,
sachant tomber plus bénéfique à ma nature.
Fort efficace à la renverse, ou resserré pour tanguer
sous le vent, et imiter la mer dans le parfait équilibre des tourments.

*

Inside people fear the outside; outside, the in.
But then I’m always halfway in or out the door,
most comfortable and at home in this fear,
knowing that falling is best for my nature.
Backward works well, or gathered for the leeward
pitch, imitate the sea in perfect balance in her torment.

***

Jim Harrison (Grayling, Michigan, 11 décembre 1937 – Patagonia, Arizona, 26 mars 2016)After Ikkyu and Other Poems (Shambhala, 1996) – L’Éclipse de lune de Davenport et autres poèmes (La Table Ronde, 2016) – Traduit de l’américain par Jean-Luc Piningre.

Publicités

~ par schabrieres sur août 16, 2017.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

L'atelier en ligne de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises, empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

Revista Conexos

Una revista de arte y literatura, sin fronteras generacionales ni geográficas

%d blogueurs aiment cette page :