Emil Botta – Il fut un mystère

Qu’a écrit sur mon front la plume du destin,
quelle malédiction tracée d’un fin venin ?
J’ai interrogé les savants du monde et leur visage brun
mais aucun n’a su lire, aucun.

Mon front est un grave secret qu’à grand-peine je porte,
mes yeux en feu trahissent une âme qui n’est encore morte,
et mes mains démentes ramant dans la vie, remuant son écume
m’approchent d’un rivage, d’une brume.

Que voit-on là-bas qui point comme la nuit naît ?
C’est la mort qui scrute en toi et te reconnaît.
Elle essuie ton front et les lettres en efface,
et claque la porte, et vide la place.

***

Emil Botta (1911-1977)L’aurore me trouvera les bras croisés (Hochroth, Paris, 2013) – Traduit du roumain par Nicolas Cavaillès

Publicités

~ par schabrieres sur août 29, 2017.

Une Réponse to “Emil Botta – Il fut un mystère”

  1. […] [Texte découvert sur le site « Beauty will save the world », voir le lien ci-dessous] https://schabrieres.wordpress.com/2017/08/29/emil-botta-il-fut-un-mystere/ […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

L'atelier en ligne de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises, empruntées

%d blogueurs aiment cette page :