Emil Botta – Il fut un mystère

Qu’a écrit sur mon front la plume du destin,
quelle malédiction tracée d’un fin venin ?
J’ai interrogé les savants du monde et leur visage brun
mais aucun n’a su lire, aucun.

Mon front est un grave secret qu’à grand-peine je porte,
mes yeux en feu trahissent une âme qui n’est encore morte,
et mes mains démentes ramant dans la vie, remuant son écume
m’approchent d’un rivage, d’une brume.

Que voit-on là-bas qui point comme la nuit naît ?
C’est la mort qui scrute en toi et te reconnaît.
Elle essuie ton front et les lettres en efface,
et claque la porte, et vide la place.

***

Emil Botta (1911-1977)L’aurore me trouvera les bras croisés (Hochroth, Paris, 2013) – Traduit du roumain par Nicolas Cavaillès

Publicités

~ par schabrieres sur août 29, 2017.

Une Réponse to “Emil Botta – Il fut un mystère”

  1. […] [Texte découvert sur le site « Beauty will save the world », voir le lien ci-dessous] https://schabrieres.wordpress.com/2017/08/29/emil-botta-il-fut-un-mystere/ […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :