Pierre-Albert Jourdan – Prière

Que l’innocence demeure
qu’il lui soit donné de pouvoir se perdre dans l’inutilité de ce monde
qu’elle soit suffisamment forte pour oublier de le clamer
que dans son silence où elle éclaire il n’y ait pas d’obstacle à son silence
qu’elle soulève ce monde las et danse dans sa poussière
que son sourire de fleur soit à jamais inscrit sur mes lèvres lorsqu’elles deviendront givre
qu’elle soit l’innocence à jamais.
Que d’aucuns puissent s’en saisir qui voudront sauter hors du bourbier

*

Prayer

Let innocence remain
let it know how to be lost in the uselessness of this world
let it be strong enough to forget to say that
let there be no obstacle to its silence in the silence where it shines
let it lift this tired world and dance in its dust
let its flower smile be inscribed always on my lips when they become frost
let it be innocence forever.
Let no one wanting to leap out from the mire seize it

***

Pierre-Albert Jourdan (1924-1981)Le bonjour et l’adieu (Mercure de France, 1991) – Translated by Mary Ann Caws

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

~ par schabrieres sur septembre 1, 2017.

4 Réponses to “Pierre-Albert Jourdan – Prière”

  1. Magnifique ! Autre histoire de boue ;

    Ah ! pauvre père ! auras-tu jamais deviné quel amour tu as mis en moi
    Et combien j’aime à travers toi toutes les choses de la terre ?
    Quel étonnement serait le tien si tu pouvais me voir maintenant
    À genoux dans le lit boueux de la journée
    Raclant le sol de mes deux mains
    Comme les chercheurs de beauté !
    -Seigneur ! Vous moquez-Vous ? Serait-ce là mon fils ?
    Se peut-il qu’il figure à votre palmarès ?
    -Ô père ! j’ai voulu que ce nom de Cadou
    Demeure un bruissement d’eau claire sur les cailloux !
    Plutôt que le plain-chant la fugue musicale
    Si tout doit s’expliquer par l’accalmie finale
    Lorsque le monde aura les oreilles couchées !

    (René Guy Cadou, Hélène ou le règne végétal, 1952-53)

    Aimé par 1 personne

    • Superbe. Raclons le sol de nos deux mains comme les chercheurs de beauté !

      J'aime

      • Bon et bien à force de creuser, je viens de trouver ça, à l’instant ;

        « À quoi bon ma vie immobile dans ce trou noir, je me dis, quand partout alentour s’agitent des ingénieurs en aéronautique, parcourent en tous sens la planète Messieurs les Administrateurs des Îles Éparses et que des experts assermentés près les tribunaux expertisent tandis qu’ailleurs attaquent formidablement des banques des bandits prodigieux ? Vrai, comment ne pas se demander ce que l’on est venu faire là au milieu et d’où nous vient cette audace de respirer le même air qu’eux ?
        Il est déjà fort tard dans la nuit quand, sous le couvercle de ma boîte de camembert, je parviens à réduire tous ces gens importants en bouillie et ramener leurs prétentions au niveau des miennes ; alors, adieu plomberie existentielle ! je glisse enfin vers le sommeil, tel un lézard sous la lune, lentement avançant sur ses petites pattes à la recherche de trèfles à quatre feuilles dans le gravier des cimetières. »

        Pierre Autin-Grenier, Toute une vie bien ratée, Folio, Gallimard.

        Aimé par 1 personne

  2. Merci !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

L'atelier en ligne de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises, empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

Revista Conexos

Una revista de arte y literatura, sin fronteras generacionales ni geográficas

%d blogueurs aiment cette page :