Agota Kristof – Adieu

Je vais mourir avant que le soleil ne se lève
en vain tu m’attends devant ta fenêtre grande ouverte
tu cherches un objet qui te rappelle
le geste que j’ai fait en enlevant mon manteau

mais je n’ai rien oublié chez toi

Si tu as sommeil étends-toi sur moi merveilleuses
sont les villes car elles sont loin et
d’un pas léger élancé la lune marche sur les toits

Veux-tu que je pleure ou veux-tu entendre
des contes colorés sur l’automne
quand dans la profondeur des jardins lointains on
ramasse
les innombrables feuilles mortes
et on allume les tas secs qui craquent

Les ailes des nuages étaient bleues ils aimaient
les montagnes assombries
et chantaient parfois
pendant qu’ils flottaient au-dessus des arbres
bourdonnants

Veux-tu entendre un conte qui parle de chansons lentes
et d’hommes qui s’en vont dans le vent
pour que personne ne se souvienne d’eux

Je vais mourir avant que le soleil ne se lève
tu m’attends en vain devant ta fenêtre grande ouverte
tout autour il y a des maisons blessées
qui m’observent

***

Agota Kristof (1935-2011)Clous (Editions Zoé, 2016) – Traduit du hongrois par Maria Maïlat

Publicités

~ par schabrieres sur septembre 25, 2017.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

L'atelier en ligne de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises, empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

%d blogueurs aiment cette page :