Bo Carpelan – Quand j’étais plus jeune…

Quand j’étais plus jeune, je cherchais la réponse aux questions.
Le silence était une réponse. Si je tendais l’oreille,
j’entendais le vent en mouvement, une porte qui battait.
Les gens allaient et venaient, je me réjouissais
de l’inconnu, j’oubliais vite
et la joie et la stupeur : j’y étais comme chez moi.
À présent, j’ai commencé à parler pour moi-même,
comme si je voulais connaître celui qui parle
et écoute si mal à l’intérieur de mes pensées.
Quelques mots se cherchaient loin en moi
en quête d’un refuge contre quelque chose
de trop difficile à voir. Je les ai couchés sur le papier.
Voilà ce que m’ont appris les mots qui sont venus :
l’adieu est une part de tout ce qui vit
et, quand je rêvais de plus belle,
un retour.

*

När jag var yngre sökte jag svar på frågor.
Tystnaden var ett svar, lyssnade jag
hörde jag vinden som gick, en dörr som slog.
Mänskor kom och gick, jag gladde mig
åt det okända, glömde det snabbt,
både glädjen och överraskningen, hemmavant.
Nu har jag börjat tala för mig själv
som om jag ville känna denna som talar
och lyssnar så dåligt, inne i tankar.
Några ord sökte sig tätt intill mig
som sökte de skydd för något
som var för svårt att se. Jag nedskrev.
Detta lärde de mig, orden som kom:
avsked är delar av allt som lever
och, när jag starkast drömt,
en hemkomst.

***

Bo Carpelan (1926-2011)År som löv (1989) – L’année, telle une feuille (Grèges, 2004) – Traduit du suédois (Finlande) par Pierre Grouix

Publicités

~ par schabrieres sur octobre 7, 2017.

2 Réponses to “Bo Carpelan – Quand j’étais plus jeune…”

  1. Tellement vrai

    Aimé par 1 personne

  2. J’ai partagé ce poème sur mon groupe Facebook La voix des lettres et sur un autre d’une amie. J’espère que cela vous apportera des lecteurs. Bravo

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :