Bo Carpelan – Quand j’étais plus jeune…

Quand j’étais plus jeune, je cherchais la réponse aux questions.
Le silence était une réponse. Si je tendais l’oreille,
j’entendais le vent en mouvement, une porte qui battait.
Les gens allaient et venaient, je me réjouissais
de l’inconnu, j’oubliais vite
et la joie et la stupeur : j’y étais comme chez moi.
À présent, j’ai commencé à parler pour moi-même,
comme si je voulais connaître celui qui parle
et écoute si mal à l’intérieur de mes pensées.
Quelques mots se cherchaient loin en moi
en quête d’un refuge contre quelque chose
de trop difficile à voir. Je les ai couchés sur le papier.
Voilà ce que m’ont appris les mots qui sont venus :
l’adieu est une part de tout ce qui vit
et, quand je rêvais de plus belle,
un retour.

*

När jag var yngre sökte jag svar på frågor.
Tystnaden var ett svar, lyssnade jag
hörde jag vinden som gick, en dörr som slog.
Mänskor kom och gick, jag gladde mig
åt det okända, glömde det snabbt,
både glädjen och överraskningen, hemmavant.
Nu har jag börjat tala för mig själv
som om jag ville känna denna som talar
och lyssnar så dåligt, inne i tankar.
Några ord sökte sig tätt intill mig
som sökte de skydd för något
som var för svårt att se. Jag nedskrev.
Detta lärde de mig, orden som kom:
avsked är delar av allt som lever
och, när jag starkast drömt,
en hemkomst.

***

Bo Carpelan (1926-2011)År som löv (1989) – L’année, telle une feuille (Grèges, 2004) – Traduit du suédois (Finlande) par Pierre Grouix

Publicités

~ par schabrieres sur octobre 7, 2017.

2 Réponses to “Bo Carpelan – Quand j’étais plus jeune…”

  1. Tellement vrai

    Aimé par 1 personne

  2. J’ai partagé ce poème sur mon groupe Facebook La voix des lettres et sur un autre d’une amie. J’espère que cela vous apportera des lecteurs. Bravo

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

L'atelier en ligne de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises, empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

%d blogueurs aiment cette page :