Pär Lagerkvist – C’est au soir…

C’est au soir qu’on lève le camp
au coucher du soleil.
C’est alors qu’on quitte tout.

La pensée replie ses tentes de toile d’araignée
et le cœur oublie le pourquoi de son inquiétude.
Le marcheur du désert abandonne son campement
que bientôt recouvrira le sable
et poursuit sa marche dans le calme de la nuit,
guidé par d’énigmatiques étoiles.

*

Det är om aftonen man bryter upp,
vid solnedgången.
Det är då man lämnar allt.

Tanken tar ner sina tält av spindelväv
och hjärtat glömmer varför det ängslats.
Ökenvandraren överger sin lägerplats,
som snart skall utplånas av sanden,
och fortsätter sin färd
i nattens stillhet,
ledd av gåtfulla stjärnor.

*

It is in the evening that one breaks up,
at sunset.
Then it is that one abandons everything.

Mind takes down its tents of spider web,
and heart forgets why it felt anxious.
The desert wanderer abandons his campsite,
which will soon be obliterated by sand,
and continues on his journey in the stillness of night,
guided by mysterious stars.

***

Pär Lagerkvist (1891–1974)Aftonland (1953) – Pays du soir (Arfuyen, 2005) – Traduit du suédois par Gunilla de Ribaucourt

Publicités

~ par schabrieres sur octobre 12, 2017.

Une Réponse to “Pär Lagerkvist – C’est au soir…”

  1. Il a un nom de meubles bons marchés fabriqués à la chaîne mais ses poèmes sont ciselés.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :