Sergueï Essénine – La porte azurée du jour…

La porte azurée du jour
Ouvre-là, gardien céleste.
Cette nuit un ange blanc
A volé mon cheval leste.

Ce cheval c’est ma puissance.
Mais pour Dieu rien qu’un poids mort.
Je l’entend hennir, plaintif,
En mordant sa chaîne d’or.

Je le vois qui se débat,
Et, comme chu de la lune,
Son poil isabelle vole
Et se suspend dans la brume.

*

Отвори мне, страж заоблачный,
Голубые двери дня.
Белый ангел этой полночью
Моего увел коня.

Богу лишнего не надобно,
Конь мой — мощь моя и крепь.
Слышу я, как ржет он жалобно,
Закусив златую цепь.

Вижу, как он бьется, мечется,
Теребя тугой аркан,
И летит с него, как с месяца,
Шерсть буланая в туман.

*
Open before me, O my guardian angel,
the day’s blue gates.
Yesterday at midnight, a white angel
took my horse from me.

God doesn’t need him –
my horse, my power and strength.
I hear his pathetic whinny,
as he champs his golden bit.

I see him struggling and flailing,
tugging at his tight halter,
his dark hair flying into the mist,
as if from the moon.

1917

***

Sergueï Essénine (1895-1925)L’homme noir (Circé, 2005) – Traduit du russe par Henri Abril

Publicités

~ par schabrieres sur octobre 17, 2017.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :