Fernando Pessoa – Impasse du Parle-Tout-Seul…

Impasse du Parle-Tout-Seul
J’ai parlé avec une autre
« personne »
Elle est bien bonne !

Oui mais l’autre, c’était moi,
Parce que cela est arrivé
Impasse du Parle-Tout-Seul…

Mais alors que faut-il faire
De cette parole sans parole
De ce dire sans dire ?
Rien ; car la vie est une meule
Qui moud l’absence de blé
Et que je n’ai parlé qu’à moi-même
Impasse du Parle-Tout-Seul.

***

Fernando Pessoa (1888-1935)Lisbonne revisitée -Anthologie- (Chandeigne, 2017) – Traduit du portugais par Michel Chandeigne.

Publicités

~ par schabrieres sur novembre 13, 2017.

4 Réponses to “Fernando Pessoa – Impasse du Parle-Tout-Seul…”

  1. Non non .. Partager toutes ces Paroles Co-liées sur Peau Aime 😉
    Merci pour toutes ces perles que .. je stocke .. en attente (200 ??!)
    Arbrelettres tsunamisé de Poésies!
    Belle journée collègue Passeur!
    Christian

    Aimé par 1 personne

  2. A reblogué ceci sur Raimanet.

    J'aime

  3. J’aurais bien aimé rencontré Pessoa. Je lui aurais demandé : êtes-vous vivant ? Avez-vous touché, du monde et de vous-même, le fond commun, le socle miraculeux, Dieu mais pure lumière sans dogme aucun ? Mais le mot est tellement cabossé par les hommes, que je regrette de l’avoir écrit. Ou n’en parlez-vous, comme les autres, que par défaut : l’art a ses raisons qui peuvent être très obscures, et les imitations nombreuses ? Votre méditation de la vie semble bien liée à l’intimité jumelle éprouvée de « moi et moi », consonance, résonance du Seul multiplié des échos innombrables de son chant. Comme il y a autant de chants que de personnes ayant réalisée cette vérité pure, non conventionnelle, il n’y a pas de programme, et chacun s’accorde à une musique sans écriture, pour la révéler dans sa chair bien au-delà des seuls mots.
    Mais êtiez-vous vivant ? Les imitations sont tellement nombreuses de cette épreuve de vie secrète dont nul récit ne décrit la richesse et l’immensité, et qui libère en ouvrant à une bienheureuse solitude nourrie de présences innombrables. Quand il y a abandon complet de soi, de toute forme de solipsisme, on naît à une vie nouvelle d’amour et de lumière, témoin boiteux, ô combien fragile, mi grotesque mi admirable mais fidèle quoiqu’il en soit, de l’unique miracle, inouï, en je en chacun et en jeu dans le monde : combien de poètes – et de romanciers et d’artistes en tous genres -, au contraire, sont de fausses lumières, pris au piège d’une violence d’ignorance, de pulsions incomprises, ne faisant que flatter les passions, doutes, souffrances, les leurs et celles de leurs semblables ? A Nicanor Parra, découvert dernièrement, je poserais si je le pouvais la question aussi. (Re)né d’un infarctus radieux et devenu bateleur à proximité du miracle pour y attirer l’attention de ses semblables ? Ou simple agitateur, peut-être relativement sincère mais relativement seulement…

    Aimé par 1 personne

  4. Tout s’effondre au poème. C’est d’une tristesse terrible même si elle n’est pas dite …

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :