Blaise Cendrars - ?

Ma belle intelligence
Où t’en es-tu allée
Je ne suis pas un ange
Je ne suis plus ailé

Mon cœur en chair de poule
Frissonne et puis s’éteint
Ma tête est comme une boule
Et mon œil est éteint

Je suis tout déplumé
Je ne ronge plus ma cage
Les hivers les étés
Tombent avec mon plumage

Soleil ô poumon noir
Tu pourris dans un coin
Je reste sur mon perchoir
Et vais crever de faim

J’ai la gale et mes ailes
Ne sont plus que moignons
Et puent comme du fiel
Puent comme un troufignon

Je grelotte et m’ébroue
Et n’en ai nulle envie
Les arbres aussi secouent
Ce qui leur reste de vie

Aujourd’hui l’univers
Descend comme une taie
Entre l’œil et la paupière
J’y vois, je suis maté

Alors tout à coup avec colère je me souviens d’avoir survolé les grandes charognes
Du plus haut des airs
Mon œil impérissable n’a jamais vu que les plus grandes charognes
Merci
Je suis rassasié

St Paul, mai 1924

***

Blaise Cendrars (1887-1961)Du monde entier au cœur du monde (Poésie/Gallimard, 2006)

Publicités

~ par schabrieres sur novembre 20, 2017.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

L'atelier en ligne de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

%d blogueurs aiment cette page :