Sergueï Essénine – Je veux chanter…

Je veux chanter, chanter, chanter !
Je n’offenserai ni chèvre ni lièvre.
Qui trouve encore matière à s’affliger
trouve aussi matière à sourire.

Tous nous tenons la pomme du bonheur
mais en chacun le coquin n’est pas loin.
L’automne, sage jardinier
saura bien de ma tête émonder la feuillée.

Au jardin de l’aube ne mène qu’une sente,
et le vent d’octobre avalera le petit bois.
Le poète vient en ce monde
non pour prendre, mais pour comprendre.

Septembre 1919

***

Sergueï Essénine (1895-1925)Extrait du poème « Caravelles-Haridelles » – Journal d’un poète (La Différence, 2014) – Traduit du russe par Christiane Pighetti.

 

~ par schabrieres sur janvier 28, 2018.

3 Réponses to “Sergueï Essénine – Je veux chanter…”

  1. Je crois bien qu’il manque la dernière strophe du poème. Voici la traduction trouvée dans Serge Essenine, L’Homme noir (Circé), par Henri Abril. Il y a aussi là-bas le texte russe (je n’ai pas d’outil pour scanner, et trop dur de le taper quand on n’en sait pas le russe…)

    Je vais chanter, chanter, chanter !
    Sans offenser chèvres ou lièvres.
    S’il y a de quoi s’affliger,
    Autre chose fait sourire les lèvres.

    Nous portons tous la pomme de la joie,
    Le sifflet du brigand nous met en fête.
    L’automne, sage jardinier, viendra couper
    La feuille jaune de ma tête.

    Seul un sentier mène au jardin de l’aube,
    Sur les boulaies le vent d’octobre n’est pas tendre.
    Le poète est venu sur terre
    Pour tout connaître – et ne rien prendre.

    Il vient pour embrasser les vaches,
    Ecouter avec son cœur l’avoine craquer.
    Taillez plus profond, serpes du poème !
    Répands tes grappes, soleil-merisier !

    Aimé par 1 personne

    • Merci infiniment Janis. Je possède pourtant le recueil « L’homme noir » traduit par Henri Abril, et n’avais pas réussi à trouver ce poème ! En voici le texte russe :

      Буду петь, буду петь, буду петь!
      Не обижу ни козы, ни зайца.
      Если можно о чем скорбеть,
      Значит, можно чему улыбаться.

      Все мы яблоко радости носим,
      И разбойный нам близок свист.
      Срежет мудрый садовник-осень
      Головы моей желтый лист.

      В сад зари лишь одна стезя,
      Сгложет рощи октябрьский ветр.
      Все познать, ничего не взять
      Пришел в этот мир поэт.

      Он пришел целовать коров,
      Слушать сердцем овсяный хруст.
      Глубже, глубже, серпы стихов!
      Сыпь черемухой, солнце-куст!

      J'aime

  2. Merci !

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

 
À mes heurs retrouvés

“Elle dit aussi que s'il n'y avait ni la mer ni l'amour personne n'écrirait des livres.” Marguerite Duras

Luis Ordóñez

Realizador y guionista

Waterblogged

Dry Thoughts on Damp Books

Ana Maria Tomescu

< a nu atinge si totusi a iubi >

Rhapsody in Books Weblog

Books, History, and Life in General

Romenu

Over literatuur, gedichten, kunst en cultuur

Acuarela de palabras

Compartiendo lecturas...

Perles d'Orphée

Quelques larmes perlent sur l'âme d'Orphée : Musique - Poésie - Peinture - Sculpture - Philosophie

renegade7x

Natalia's space

Cahiers Lautréamont

Association des Amis Passés Présents et Futurs d'Isidore Ducasse

366 Weird Movies

Celebrating the cinematically surreal, bizarre, cult, oddball, fantastique, strange, psychedelic, and the just plain WEIRD!

Le monde de SOlène, le blog

DU BONHEUR ET RIEN DAUTRE !

Fernando Calvo García

Poeta con pasión

Lectures au coeur

Photographie et poésie

The Tragedy of Revolution

Revolution as Hubris in Modern Tragedy

Le Trébuchet

Chroniques par C. M. R. Bosqué

Book Around The Corner

Books I read. Books I want to share with you.

lyrique.roumaine

poètes roumains des deux derniers siècles

Anthony Wilson

The Year of Living Deeply

Messenger's Booker (and more)

Primarily translated fiction and Australian poetry, with a dash of experimental & challenging writing thrown in

Reading in Translation

Translations Reviewed by Translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Le blog des Lettres belges francophones

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

L'atelier en ligne

de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School, by Andrew Epstein

%d blogueurs aiment cette page :