Roberto Fernández Retamar – Heureux les normaux

Heureux les normaux, ces êtres étranges.
Ceux qui n’ont pas eu une mère folle, un père ivrogne, un fils délinquant,
Une maison nulle part, une maladie inconnue,
Ceux qui ont vécu les dix-sept visages du sourire et un peu plus.
Les pleins de chaussures, les archanges à chapeaux,
Les satisfaits, les gros, les beaux,
Les chiens savants et leurs adeptes,
Ceux qui je vous en prie, par ici,
Ceux qui gagnent, ceux qui sont aimés jusqu’à la garde,
Les joueurs de fllûtes accompagnés de rats,
Les vendeurs et leurs acheteurs,
Les chevaliers légèrement surhumains,
Les hommes vêtus de tonnerre et les femmes d’éclairs,
Les délicats, les sensés, les fins,
Les aimables, les doux, les comestibles et les buvestibles.
Heureux les oiseaux, le fumier, les pierres.
Mais qu’ils laissent la place à ceux qui font les mondes et les rêves,
Les illusions, les symphonies, les mots qui nous détruisent
Et nous construisent, aux plus fous que leurs mères, plus ivrognes
Que leurs pères et plus délinquants que leurs fils
Et plus dévorés par des amours calcinantes
Qu’ils leurs laissent leur place en enfer, et c’est tout.

*

Felices los normales, esos seres extraños.
Los que no tuvieron una madre loca, un padre borracho, un hijo delincuente,
Una casa en ninguna parte, una enfermedad desconocida,
Los que no han sido calcinados por un amor devorante,
Los que vivieron los diecisiete rostros de la sonrisa y un poco más,
Los llenos de zapatos, los arcángeles con sombreros,
Los satisfechos, los gordos, los lindos,
Los rintintín y sus secuaces, los que cómo no, por aquí,
Los que ganan, los que son queridos hasta la empuñadura,
Los flautistas acompañados por ratones,
Los vendedores y sus compradores,
Los caballeros ligeramente sobrehumanos,
Los hombres vestidos de truenos y las mujeres de relámpagos,
Los delicados, los sensatos, los finos,
Los amables, los dulces, los comestibles y los bebestibles.
Felices las aves, el estiércol, las piedras.
Pero que den paso a los que hacen los mundos y los sueños,
Las ilusiones, las sinfonías, las palabras que nos desbaratan
Y nos construyen, los más locos que sus madres, los más borrachos
Que sus padres y más delincuentes que sus hijos
Y más devorados por amores calcinantes.
Que les dejen su sitio en el infierno, y basta.

***

Roberto Fernández Retamar (né le 9 juin 1930 à La Havane)Historia antigua (1964) – Voix (Maspero, 1977) – Traduit de l’espagnol (Cuba) par Fanchita Gonzalez Batlle.

Publicités

~ par schabrieres sur février 2, 2018.

2 Réponses to “Roberto Fernández Retamar – Heureux les normaux”

  1. Retamar, ça rétame ! Sacrément puissant, merci.

    Aimé par 2 people

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

L'atelier en ligne de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

%d blogueurs aiment cette page :