Georg Johannesen – Dimanche

La maison est vide : par la porte elle s’est vidée
Le jardin est vide : les fleurs sont sorties par leurs racines
J’ai appris que vivre c’est inutile

Qu’est-ce qu’une géographie sans frontière ?
Les chiffres dévalent la série des nombres
Histoire discipline pour horloger : les montres donnent des leçons

Le monde est vide : par le monde il s’est vidé
J’ai appris à être inutile au long d’une semaine
Les mots sont sortis par la bouche : c’est dit

*

Søndag

Huset er tømt: det tømmer seg gjennom døren
Hagen er tom: blomstene gikk ut gjennom røttene
Jeg har lært at det er unyttig å leve

Hva er geografi uten grenser?
Tallene går sin vei nedover tallrekken
Historien er et fag for urmakere: klokken gir lekser

Verden er tom: den tømmer seg gjennom verden
Jeg har lært å være unyttig en uke
Ordene gikk ut av munnen: det har jeg sagt

***

Georg Johannesen (1931-2005)Ars Moriendi ou les sept façons de mourir (1965), in Vivre en dépit des jours – Trois poètes du Nord (Maspero, 1977) – Traduit du norvégien par Lucie Albertini et Carl-Gustaf Bjurström.

Publicités

~ par schabrieres sur février 4, 2018.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

L'atelier en ligne de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

%d blogueurs aiment cette page :