Jim Harrison – Pont

J’ai passé la majeure partie de ma vie
à construire un pont au-dessus de la mer
en dépit de son immensité.
Je suis fier de ce pont
suspendu dans l’air pur de la mer. Machado
m’a rendu visite et nous nous sommes assis
au bout du pont, comme il le souhaitait.

Maintenant que je suis vieux, je travaille lentement.
A l’approche de la mort, comme j’aime,
perché tout là-haut, bien emmitouflé pour affronter
les tempêtes arctiques de la fin de l’automne,
entendre le fracas et la complainte de la mer,
et contempler ses creux verts de cent pieds de haut.
Parfois, la mer rugit et hurle comme
un animal, un continent vaste et vivant.
Que de beauté dans cette sombre musique
couverte par la musique plus légère
de l’humanité, le lien étroit entre les hommes et les galaxies.

Me voilà assis au bord, remuant les pieds au-dessus
de l’abîme. Ce soir, la lune sera sur mes genoux.
C’est mon métier d’étudier l’univers
du haut de mon pont. Il y a le ciel, la mer, la bande
verte de forêt canadienne à peine visible sur l’autre rive.

*

Bridge

Most of my life was spent
building a bridge out over the sea
though the sea was too wide.
I’m proud of the bridge
hanging in the pure sea air. Machado
came for a visit and we sat on the
end of the bridge, which was his idea.

Now that I’m old the work goes slowly.
Ever nearer death, I like it out here
high above the sea bundled
up for the arctic storms of late fall,
the resounding crash and moan of the sea,
the hundred-foot depth of the green troughs.
Sometimes the sea roars and howls like
the animal it is, a continent wide and alive.
What beauty in this the darkest music
over which you can hear the lightest music of human
behavior, the tender connection between men and galaxies.

So I sit on the edge, wagging my feet above
the abyss. Tonight the moon will be in my lap.
This is my job, to study the universe
from my bridge. I have the sky, the sea, the faint
green streak of Canadian forest on the far shore.

***

Jim Harrison (1937-2016)Dead Man’s Float (Copper Canyon Press, 2016) – Traduit de l’anglais (États-Unis) par Stéphane Chabrières.

~ par schabrieres sur mars 7, 2018.

Une Réponse to “Jim Harrison – Pont”

  1. […] über Jim Harrison – Pont — BEAUTY WILL SAVE THE WORLD […]

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

 
anthonyhowelljournal

Site for art, poetry and performance.

azul griego

The blue and the dim and the dark cloths / Of night and light and the half light

Journal de Kafka

Edition critique par Laurent Margantin (2013-2023)

Au-dessus d'un million de toits roses, Sabine Aussenac

Pour dire le monde…par Sabine Aussenac, professeur agrégée d'allemand et écrivain.

Nichole Hastings Ceramics

The Truth Will Set You Free

En toutes lettres

Arts et culture

A nos heurs retrouvés

“Elle dit aussi que s'il n'y avait ni la mer ni l'amour personne n'écrirait des livres.” Marguerite Duras

Luis Ordóñez

Realizador y guionista

Waterblogged

Dry Thoughts on Damp Books

Bibliotecana

Ana Maria Tomescu

Rhapsody in Books Weblog

Books, History, and Life in General

Romenu

Over literatuur, gedichten, kunst, muziek en cultuur

Acuarela de palabras

Compartiendo lecturas...

Perles d'Orphée

Quelques larmes perlent sur l'âme d'Orphée : Musique - Poésie - Peinture - Sculpture - Philosophie

renegade7x

Natalia's space

Cahiers Lautréamont

Association des Amis Passés Présents et Futurs d'Isidore Ducasse

366 Weird Movies

Celebrating the cinematically surreal, bizarre, cult, oddball, fantastique, strange, psychedelic, and the just plain WEIRD!

LE MONDE DE SOLÈNE

Le printemps reviendra, il revient toujours...

Fernando Calvo García

Poeta con pasión

The Tragedy of Revolution

Revolution as Hubris in Modern Tragedy

Le Trébuchet

Chroniques par C. M. R. Bosqué

Book Around the Corner

The Girl With the TBR Tattoo

lyrique.roumaine

poètes roumains des deux derniers siècles

Anthony Wilson

Lifesaving Poems

Messenger's Booker (and more)

Primarily translated fiction and Australian poetry, with a dash of experimental & challenging writing thrown in

Reading in Translation

Translations Reviewed by Translators

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

L'Histoire par les femmes

L'Histoire par les femmes veut rappeler l’existence de ces nombreuses femmes qui ont fait basculer l’histoire de l’humanité, d’une manière ou d’une autre.

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Le blog des Lettres belges francophones

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

L'atelier en ligne

de Pierre Vinclair

%d blogueurs aiment cette page :