Jim Harrison – Nord

Levant ni betterave
ni sang,
rouge rose-de-mer.

J’ai amplifié mes battements de cœur
mille fois,
les bêtes au départ intriguées
ont ensuite convenu que j’étais
un autre tonnerre humain.

Tandis que je parlais direct à dieu
mon attention a lentement décru.
J’ai tant de choses en tête.

Je me suis entraîné
à me faire aussi fort
que l’eau.

Après toutes ces années
à retenir le monde entier
je le laisse maintenant rouler à flanc de colline
et sombrer dans le fleuve.

Un arbre en appelle
toujours un autre,
lorsque je foule encore
cette terre non dite.

Je me suis rêvé
de longtemps
à l’endroit
où je suis.

Par une journée froide
ours, coyote, grues.
Par une nuit de pluie
un loup aux yeux jaunes.
Par un jour de vent
onze faucons crécerelles
me regardant de haut.
Par un après-midi brûlant
les corbeaux flottaient au-dessus
du fleuve, là, où je me suis
laissé noyer.

En pays inconnu
au loin tout là-bas
j’ai marché la nuit
pour me terroriser.

Quel est cet autre,
partageur de secret,
celui qui dirige la main
qui vient tordre le cœur,
et la voix qui m’appelle
entre plume et pierre
l’heure d’avant l’aurore ?

De quelque façon
j’ai pris la forme
d’un vieil homme brun
dans un manteau vert.

Ayant rempli toutes
mes obligations
mon cœur s’en va léger
dans la danse descendre.

*

North

The rising sun not beet,
or blood,
but sea-rose red.

I amplified my heartbeat
one thousand times,
the animals at first confused
then decided I was another
thunder being.

While talking directly to god
my attention waxed and waned.
I have a lot on my mind.

I worked out
to make myself as strong
as water.

After all these years
of holding the world together
I let it roll down the hill
into the river.

One tree leads
to another,
walking on
this undescribed earth.

I have dreamed
myself back
to where
I already am.

On a cold day
bear, coyote, cranes.
On a rainy night
a wolf with yellow eyes.
On a windy day
eleven kestrels looking
down at me.
On a hot afternoon
the ravens floated over
where I sunk
myself in the river.

Way out there
in unknown country
I walked at night
to scare myself.

Who is the other,
the secret sharer
who directs the hand
that twists the heart,
the voice calling out to me
between feather and stone
the hour before dawn?

Somehow
I have turned into
an old brown man
in a green coat.

Having fulfilled
my obligations
my heart moves lightly
to this downward dance.

***

Jim Harrison (1937–2016)After Ikkyu and Other Poems (Shambhala, 1996)L’éclipse de lune de Davenport et autres poèmes (La Table Ronde, 2016) – Traduit de l’américain par Jean-Luc Piningre.

~ par schabrieres sur mars 16, 2018.

Une Réponse to “Jim Harrison – Nord”

  1. Oh, là, là ! Trop beau pour être humain.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

 
En toutes lettres

Arts et culture

À mes heurs retrouvés

“Elle dit aussi que s'il n'y avait ni la mer ni l'amour personne n'écrirait des livres.” Marguerite Duras

Luis Ordóñez

Realizador y guionista

Waterblogged

Dry Thoughts on Damp Books

Ana Maria Tomescu

bibliotecana

Rhapsody in Books Weblog

Books, History, and Life in General

Romenu

Over literatuur, gedichten, kunst en cultuur

Acuarela de palabras

Compartiendo lecturas...

Perles d'Orphée

Quelques larmes perlent sur l'âme d'Orphée : Musique - Poésie - Peinture - Sculpture - Philosophie

renegade7x

Natalia's space

Cahiers Lautréamont

Association des Amis Passés Présents et Futurs d'Isidore Ducasse

366 Weird Movies

Celebrating the cinematically surreal, bizarre, cult, oddball, fantastique, strange, psychedelic, and the just plain WEIRD!

Le monde de SOlène, le blog

DU BONHEUR ET RIEN DAUTRE !

Fernando Calvo García

Poeta con pasión

Lectures au coeur

Photographie et poésie

The Tragedy of Revolution

Revolution as Hubris in Modern Tragedy

Le Trébuchet

Chroniques par C. M. R. Bosqué

Book Around The Corner

Books I read. Books I want to share with you.

lyrique.roumaine

poètes roumains des deux derniers siècles

Anthony Wilson

The Year of Living Deeply

Messenger's Booker (and more)

Primarily translated fiction and Australian poetry, with a dash of experimental & challenging writing thrown in

Reading in Translation

Translations Reviewed by Translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

L'Histoire par les femmes

L'Histoire par les femmes veut rappeler l’existence de ces nombreuses femmes qui ont fait basculer l’histoire de l’humanité, d’une manière ou d’une autre.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Le blog des Lettres belges francophones

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

L'atelier en ligne

de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School, by Andrew Epstein

%d blogueurs aiment cette page :