Rainer Maria Rilke – Il est revenu le printemps…

Il est revenu le printemps. La terre
ressemble à un enfant qui sait des poésies,
mais beaucoup, oh ! beaucoup… Pour son assiduité
à cette longue étude, elle reçoit le prix.

Son maître était sévère. Et le blanc nous a plu,
avec la blanche barbe du vieil homme.
A présent nous pouvons lui demander comment
se dit le vert, le bleu : elle sait, elle sait !

Heureuse terre, à présent que tu as vacance,
joue avec les enfants. Nous voulons t’attraper,
joyeuse terre. Et gagnera le plus joyeux.

Tout ce que lui apprit le maître, tant et tant,
et ce qui est écrit des racines aux longs
branchages compliqués : c’est le chant qu’elle chante !

*

Frühling ist wiedergekommen. Die Erde
ist wie ein Kind, das Gedichte weiß;
viele, o viele… Für die Beschwerde
langen Lernens bekommt sie den Preis.

Streng war ihr Lehrer. Wir mochten das Weiße
an dem Barte des alten Manns.
Nun, wie das Grüne, das Blaue heiße,
dürfen wir fragen: sie kanns, sie kanns!

Erde, die frei hat, du glückliche, spiele
nun mit den Kindern. Wir wollen dich fangen,
fröhliche Erde. Dem Frohsten gelingts.

O, was der Lehrer sie lehrte, das Viele,
und was gedruckt steht in Wurzeln und langen
schwierigen Stämmen: sie singts, sie singts!

*

Spring has come round again, and the Earth
is like a child who is brimming with poems;
many, so many… And for the burden
of learning’s long labour receives her rewards.

Hard her teacher. We cherished that whiteness
thick in the beard of the strict old man.
What are this green and this blue, we now ask:
Earth can do it, she can do it, she can!

Earth, now set free and rapturous, please
play with the children. We would love to catch you,
jubilant Earth. The happiest wins.

All the learning she has received,
profuse, imprinted in stems and roots,
elaborate, long: Earth sings it, she sings!

***

Rainer Maria Rilke (1875-1926)Les sonnets à Orphée (Points/Seuil) – Traduit de l’allemand par Armel Guerne – Selected Poems (Oxford World’s Classics) – Translated by Susan Ranson and Marielle Sutherland.

~ par schabrieres sur mars 25, 2018.

5 Réponses to “Rainer Maria Rilke – Il est revenu le printemps…”

  1. C’est difficile de traduire un poème en rimes, parfois, comme ici, elles disparaissent, sans pour autant que ça ne rime à rien.

    Aimé par 1 personne

    • J’ai préféré la version non rimée à la version rimée de Charles Dobzynski, que voici :

      Voici que le printemps est revenu. La terre
      semble un enfant qui sait des poèmes par cœur.
      Mais beaucoup, oh beaucoup ! L’étude fut austère
      et longue, elle reçoit le prix de son labeur.

      Son maître fut sévère. Et comme blanchissait
      à nous ravir la barbe du vieil homme.
      Alors on peut lui demander comment se nomme
      le bleu, le vert : elle le sait ! elle le sait !

      Terre qui as congé, maintenant, terre heureuse,
      joue avec les enfants. Nous te capturerons
      terre en fête. Et réussira plus gai luron.

      Les choses qu’enseigna ton maître, si nombreuses,
      et cela qui s’inscrit aux racines des plantes,
      aux souches compliquées : elle le chante et chante !

      Aimé par 1 personne

  2. Aimé par 2 personnes

  3. Revoilà le printemps. Comme un petit
    qui sait des poésies est la terre;
    oh tant et tant… Elle gagne le prix
    pour cette étude longue et austère.

    Son maître était strict. Nous aimions le blanc
    à la barbe du vieux. Comment nommer
    le vert et le bleu, nous pouvons maintenant
    le demander : elle sait, elle sait!

    Terre en congé, toi l’heureuse, joue
    maintenant avec les petits. Nous voulons
    t’attraper, gaie terre. Le plus gai y parvient.

    Ce qu’elle apprit du maître, le tout,
    et les dessins des racines et longs
    troncs tors, elle chante, elle chante si bien!

    The earth resembles, as spring returns,
    a child who knows poems, and many,
    oh so many… A prize she earns
    for her effort, her long study.

    Her teacher was stern. We liked that hue,
    there in the old man’s beard, that white.
    Now we can ask what green and blue
    are called: she knows, she knows all right!

    Earth, set free and happy, you ought
    now play with the children. We long
    to catch you, gay earth. The gayest will.

    All that the teacher to her taught,
    and what’s imprinted in roots and long
    tortuous stems, she sings, sings still!

    Traductions personnelles

    Aimé par 1 personne

  4. […] via Rainer Maria Rilke – Il est revenu le printemps… […]

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

 
Nichole Hastings Ceramics

The Truth Will Set You Free

En toutes lettres

Arts et culture

À nos heurs retrouvés

“Elle dit aussi que s'il n'y avait ni la mer ni l'amour personne n'écrirait des livres.” Marguerite Duras

Luis Ordóñez

Realizador y guionista

Waterblogged

Dry Thoughts on Damp Books

Ana Maria Tomescu

bibliotecana

Rhapsody in Books Weblog

Books, History, and Life in General

Romenu

Over literatuur, gedichten, kunst, muziek en cultuur

Acuarela de palabras

Compartiendo lecturas...

Perles d'Orphée

Quelques larmes perlent sur l'âme d'Orphée : Musique - Poésie - Peinture - Sculpture - Philosophie

renegade7x

Natalia's space

Cahiers Lautréamont

Association des Amis Passés Présents et Futurs d'Isidore Ducasse

366 Weird Movies

Celebrating the cinematically surreal, bizarre, cult, oddball, fantastique, strange, psychedelic, and the just plain WEIRD!

Le monde de SOlène, le blog

DU BONHEUR ET RIEN DAUTRE !

Fernando Calvo García

Poeta con pasión

Lectures au coeur

Photographie et poésie

The Tragedy of Revolution

Revolution as Hubris in Modern Tragedy

Le Trébuchet

Chroniques par C. M. R. Bosqué

Book Around The Corner

Books I read. Books I want to share with you.

lyrique.roumaine

poètes roumains des deux derniers siècles

Anthony Wilson

The Year of Living Deeply

Messenger's Booker (and more)

Primarily translated fiction and Australian poetry, with a dash of experimental & challenging writing thrown in

Reading in Translation

Translations Reviewed by Translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

L'Histoire par les femmes

L'Histoire par les femmes veut rappeler l’existence de ces nombreuses femmes qui ont fait basculer l’histoire de l’humanité, d’une manière ou d’une autre.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Le blog des Lettres belges francophones

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

L'atelier en ligne

de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School, by Andrew Epstein

%d blogueurs aiment cette page :