Paulo José Miranda – Autoportrait 1

combien de beauté faudra-t-il décrire
pour qu’un cœur s’agenouille devant l’existence d’un autre

combien de verdure verrons-nous dans les champs
bien avant
les carillons des cloches dans les villages dans ta bouche

combien d’enfants le matin sur le chemin de l’école
pour si peu de mains qui plantent
un quelconque dessein
une quelconque graine de dieu

et tant de dieu
pour si peu d’humain
ravivant la flamme à tous les gestes tendres
aux forêts blanches des grammaires

Il y en aura encore
il y en aura peu
qui dans les décombres d’un livre trouveront
leur visage dans les mains d’un autre

*

auto-retrato 1

quanta beleza será preciso escrever
para que um coração se ajoelhe junto a existência de outro

quanto verde se verá nos campos
ainda antes
que os sinos repiquem nas aldeias da tua boca

quantas crianças de manhã no caminho da escola
para tão poucas mãos plantando
qualquer desígnio
qualquer semente de deus

e tanto deus
para tão pouco humano
ateando fogo a todos os gestos ternos
as brancas florestas das gramáticas

haverá ainda
haverá pouco
quem encontre nos escombros de um livro
o seu rosto nas mãos de outro

***

Paulo José Miranda (né au Portugal en 1965)Autoportraits (Al Manar, 2016) – Traduit du portugais par Sofia Queiros.

Publicités

~ par schabrieres sur avril 14, 2018.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :