Malcolm Lowry – Poème à placer à la conclusion d’un livre de poèmes long, obscur, passionné et éloquent

Je n’ai pas l’usage des mots d’un poète
Mes souffrances sont uniques
Je vois des oiseaux emblématiques
Je n’ai pas l’esprit pour m’exprimer.

Le fait cependant que je les aperçoive
Conforte l’espoir, que mes yeux cherchent
Derrière le drap de mort, au fond de la nuit,
Comme à travers un télescope,

Qu’un jour, je ne sais pas comment, quelque
Chose aura la générosité de ne pas
Déléguer confusément mon désespoir
À la muse échevelée.

*

Poem to be placed at the conclusion of a long obscure
passionate and eloquent book of poems

I know no poet’s use of words
My sufferings are unique
I see the emblematic birds
But have no wit to speak.

Yet that I see them thus at all
Sustains the gloomy hope
Which I peer at, beyond the pall,
As through a telescope,

That someday, somehow, something there
Will kindly not confuse
My delegation of despair
To the bedraggled muse.

***

Malcolm Lowry (1909-1957)Le phare appelle à lui la tempête (Points, 2009) – Traduit de l’anglais par Jacques Darras.

Publicités

~ par schabrieres sur mai 9, 2018.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :