Jean-Pierre Duprey – Tout printemps a son merveilleux

Mouvements de ruches et de pierres
Éclairez-nous, un violon gît sur l’herbe
La douce flaque est culbutée
Par le soleil son ami
Pensées, violettes,
Attendez je recommence
Le sol majeur s’accroche aux branches
Ah qu’il est sali mon paradis !

Le temps passe à sa manière
Longtemps le temps fut la pilule et le verre d’eau.
Un beau jour une fée l’attacha au soleil,
Les fleurs pleurèrent, le soleil couche ses parfums
Et le ciel débauche les groseilles désormais sans âges
Je vis pour que la nuit
Baratte ses larmes, pour la vie,
Poussière d’étoile, anthologie des nuits nouvelles.

18 novembre 1946.

***

Jean-Pierre Duprey (1930-1959)Derrière son double (Poésie/Gallimard, 1999)

Publicités

~ par schabrieres sur mai 16, 2018.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

 
Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

%d blogueurs aiment cette page :