Xhevahir Spahiu – Mes dettes

Je vais mourir,
je vais mourir noyé de dettes,
ce n’est rien la noyade dans un fleuve ou dans les chambres à gaz
Je suis en dette avec ma mère de ne pas avoir construit sa tombe,
je suis en dette avec le chêne je lui dois la vigne,
je suis en dette avec l’amour je lui ai volé le dimanche,
je suis en dette avec le crime je l’ai laissé sans nom.
Je vais mourir,
je vais mourir noyé de dettes,
je suis en dette avec la parole je ne l’ai pas rêvée
je suis en dette avec le corbeau je n’ai pas blanchi ses plumes,
je suis en dette avec l’an 13 je n’ai pas guéri ses blessures
je suis en dette avec l’avenir pour lui avoir laissé à la porte la noirceur du temps lointain.
Je vais mourir,
je vais mourir noyé de dettes.
je suis en dette avec les vivants,
je suis en dette avec les morts;
l’ardoise de ma tombe je la vends
pour payer mes dettes.

Et je mets le point ici.
Maintenant vous pouvez parler
des dettes que vous avez envers moi.

*

Borxhet e mia

Do të vdes,
do të vdes i mbytur në borxhe,
s’është asgjë mbytja në lumë a në dhomat e gazit
I kam borxhe nënës që s’ia ngrita varrin,
i kam borxhe lisit qe s’ia hodha pjergullën,
i kam borxhe dashurisë qe ia vodha të dielën,
i kam borxhe krimit qe s’i vura emër.
Do të vdes,
do të vdes i mbytur në borxhe.
I kam borxhe fjalës që s’e pashë në ëndërr
i kam borxhe korbit që s’ia zbardha pendët,
i kam borxhe vitit ’13 që s’ia mbylla plagët
i kam borxhe ardhmërisë që ia lashë tek pragu
terrin e nje kohe të largët.
Do të vdes,
do të vdes i mbytur në borxhe.
U kam borxh të gjallëve,
u kam borxh të vdekurve;
gurin e varrit e shes
të laj borxhet.

Dhe vë piken ketu.
Tani mund të flisni
për borxhet që me kini ju.

*

My Debts

I will die,
I will die drowning in debts,
drowning in a river or dying in gas chambers is nothing.
I am in debt to my mother, for not raising her headstone.
I am in debt to the oak tree for not hanging from it a vine.
I am in debt to love, for stealing it last Sunday.
I am in debt to the crime that I did not call by its name.
I will die,
I will die drowning in debts.
I am in debt to the word that I failed to see in a dream,
I am in debt to the raven, whose feathers I did not whiten,
I am in debt to the year 1913,
whose wounds I did not heal,
I am in debt to the future on whose doorstep I left
the darkness of a distant time.
I will die,
I will die drowning in debts.
I am in debt to the living,
I am in debt to the dead;
I will sell my gravestone to clear my debts.

And that’s enough of that.
Now you talk, and we’ll see
about the debts that you owe me.

***

Xhevahir Spahiu (1945, Malind) – Traduit par ? – Translated by John Hodgson.

~ par schabrieres sur mai 30, 2018.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

 
En toutes lettres

Arts et culture

À mes heurs retrouvés

“Elle dit aussi que s'il n'y avait ni la mer ni l'amour personne n'écrirait des livres.” Marguerite Duras

Luis Ordóñez

Realizador y guionista

Waterblogged

Dry Thoughts on Damp Books

Ana Maria Tomescu

bibliotecana

Rhapsody in Books Weblog

Books, History, and Life in General

Romenu

Over literatuur, gedichten, kunst en cultuur

Acuarela de palabras

Compartiendo lecturas...

Perles d'Orphée

Quelques larmes perlent sur l'âme d'Orphée : Musique - Poésie - Peinture - Sculpture - Philosophie

renegade7x

Natalia's space

Cahiers Lautréamont

Association des Amis Passés Présents et Futurs d'Isidore Ducasse

366 Weird Movies

Celebrating the cinematically surreal, bizarre, cult, oddball, fantastique, strange, psychedelic, and the just plain WEIRD!

Le monde de SOlène, le blog

DU BONHEUR ET RIEN DAUTRE !

Fernando Calvo García

Poeta con pasión

Lectures au coeur

Photographie et poésie

The Tragedy of Revolution

Revolution as Hubris in Modern Tragedy

Le Trébuchet

Chroniques par C. M. R. Bosqué

Book Around The Corner

Books I read. Books I want to share with you.

lyrique.roumaine

poètes roumains des deux derniers siècles

Anthony Wilson

The Year of Living Deeply

Messenger's Booker (and more)

Primarily translated fiction and Australian poetry, with a dash of experimental & challenging writing thrown in

Reading in Translation

Translations Reviewed by Translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

L'Histoire par les femmes

L'Histoire par les femmes veut rappeler l’existence de ces nombreuses femmes qui ont fait basculer l’histoire de l’humanité, d’une manière ou d’une autre.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Le blog des Lettres belges francophones

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

L'atelier en ligne

de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School, by Andrew Epstein

%d blogueurs aiment cette page :