Maria Mercè Marçal – Bride

À la fête des fous,
moi j’irais bien.
Je viendrais de Dieu sait où
–et personne ne le saurait–
les lèvres gercées
d’avoir fait la vie,

colporteur de chansons
à cheval sans bride.

Quel appât s’accroche–t–il
à ma gencive ?
L’Amour, étoile amère
à la dérive,
me fait des signes : je vais
sur l’autre rive,

colporteur de chansons
à cheval sans bride.

Les chaînes sont des prisons,
moi j’en fuyais
par le coin des brigands
à l’aube.
À la fête des fous,
moi j’irais bien.

Colporteur de chansons
à cheval sans bride.

*

Brida

A la fira dels Folls
jo hi aniria.
Vindria qui sap d’on
-i ningú no ho sabria-
amb els llavis oscats
de molta vida,

traginer de cançons
en cavall sense brida.

Quin esquer se m’arrapa
a la geniva?
Amor, estel amarg
a la deriva,
em fa senyals: jo vaig
per l’altra riba,

traginer de cançons
en cavall sense brida.

Cadenes són presons
i jo en fugia
pel call dels bandolers
a trenc de dia.
a la fira dels Folls
jo hi aniria

traginer de cançons
en cavall sense brida.

***

Maria Mercè Marçal (1952-1998)Bruixa de dol (1977-1979)Sorcières en deuil (A.F.C, 2011) – Traduit du catalan par Michel Bourret Guasteví.

Publicités

~ par schabrieres sur juin 2, 2018.

3 Réponses to “Maria Mercè Marçal – Bride”

  1. Bonjour,  votre site est absolument remarquable. Avec mes plus sincères félicitations, et ma fidélité Bernard

    Aimé par 2 personnes

  2. A reblogué ceci sur nebenbei gesagt.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Lisez Voir !

- Des livres à votre vue -

Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :